Développez votre intuition pour vous éclairer et prendre de meilleures décisions

Développez votre intuition

Comment comprendre raisonnablement un phénomène comme l’intuition ? Comment le maîtriser, le développer et rester vigilant lorsque nos sens et nos émotions nous envoient un message ?

 

1 – L’intuition un mode de connaissance indépendant de la logique et de la raison

L’intuition est présente en vous tout le temps, que vous en soyez conscient ou non. Qu’exprime-t-elle ?

L’intuition se construit sans aucune information de départ, contrairement au raisonnement. C’est une capacité à obtenir des informations sans analyser ni raisonner.

Au contraire, le raisonnement consiste à utiliser sa pensée de manière logique et organisée pour traiter des informations et aboutir à un résultat.

Par conséquent, l’intuition est une perception nouvelle et fraîche. Quand vous “intuitez”, vous percevez le monde à travers des ressentis corporels et des idées qui arrivent sans analyse et sans contact physique direct. Cette capacité à obtenir des réponses et des informations hors raisonnement est donc une forme d’intelligence accessible à tous.

Toutefois, il ne faut pas confondre intuition et raisonnement inconscient, basé sur l’expertise et les souvenirs.

Par exemple, des soldats ayant passé du temps en Irak sont capables de sentir si une rue est dangereuse, simplement en la regardant. Cependant, ce n’est pas une intuition réelle, mais plutôt une analyse rapide inconsciente d’experts.

La logique s’appuie sur le connu. À l’inverse, pour reconnaître l’intuition et la favoriser, vous devez travailler à l’aveugle : moins vous savez de choses, mieux c’est pour votre intuition.

De plus, vous devez être en mesure de la repérer au milieu des 60 000 pensées qui traversent votre esprit chaque jour. Pour ce faire :

  • exercez-vous à percevoir intuitivement ;
  • pratiquez des exercices d’intuition portant sur des éléments que vous ne connaissez pas.

Enfin, l’intuition est capable de vous apporter des informations sans contraintes d’espace ni de temps.

Par exemple, une maman peut ressentir à distance, intuitivement, que son enfant a besoin d’elle.

Pour résumer, l’intuition est un mode de connaissance qui, contrairement au raisonnement, s’exprime le mieux quand elle dispose de très peu d’informations.

2 – La démarche intuitive se divise en 5 étapes

La démarche intuitive se calque sur la démarche de perception de l’environnement. Quel est son fonctionnement ?

Les cinq étapes de la perception de l’environnement chez l’enfant sont :

  1. La perception sensorielle ;
  2. La perception spatiale ;
  3. La perception conceptuelle ;
  4. La perception temporelle ;
  5. La perception symbolique, qui a lieu vers 6 ans, lors de l’apprentissage des chiffres et des lettres.

Ces mêmes étapes se reproduisent ensuite toute votre vie, à chaque fois que vous percevez quelque chose, mais de manière automatique et inconsciente.

L’intuition suit le même chemin. Pour solliciter votre démarche intuitive (ou démarche de perception consciente), prenez d’abord contact avec un objet, quel qu’il soit, puis suivez les étapes suivantes.

L’étape sensorielle

Passez à une perception sensorielle active en entraînant vos cinq sens, premiers outils de perception ordinaire. Ils sont bénéfiques à l’intuition car ils peuvent reproduire des sensations, même en l’absence de l’objet.

Par exemple, vous salivez juste en lisant seulement la description d’un bon plat.

L’odorat est un sens qui ne vieillit pas. En outre, un nez adulte peut distinguer 2000 à 4000 odeurs et l’odorat est un sens qui ne vieillit pas. Prenez conscience des odeurs autour de vous et décrivez ce que vous sentez, sans chercher à savoir ce que c’est, pour développer votre sens olfactif.

Pour entraîner votre vue, regardez un objet et décrivez-le mentalement, avec des adjectifs de :

  • couleur ;
  • forme ;
  • texture ;
  • luminosité ;
  • taille ;
  • mouvement ;

Faites de même pour le goût, le toucher et l’ouïe.

Contrairement à l’esprit analytique, qui se demande “C’est quoi ?”, le fait de prendre conscience de vos perceptions répond à la question “C’est comment ?”

Dès lors, entraînez-vous tous les jours à décrire ce que vous percevez “via” vos cinq sens. De plus, enrichissez votre vocabulaire d’adjectifs, surtout pour l’odorat et le goût.

Pour aller plus loin, laissez-vous aller à vos perceptions sans chercher de logique entre elles. Vous devez obtenir des informations sans chercher à les associer.

La spatialisation ou l’étape du croquis

Le croquis intuitif est un moyen de prise de contact avec ce qui est intuitivement perçu. Pour cela, nul besoin d’être un artiste !

Exprimez par le dessin comment ce qui est exploré intuitivement se présente dans l’espace et à quoi il ressemble. Dessinez intuitivement en changeant régulièrement de point de vue et n’hésitez pas à faire plusieurs croquis de chaque. De plus, changez le sens de la feuille pour faire un dessin plus grand du même lieu.

Pour favoriser le dessin intuitif :

  • dessinez avec votre main “faible”, par exemple la main gauche si vous êtes droitier, afin de perturber votre cerveau logique ;
  • dessinez en fermant les yeux ou en pointillés pour lâcher prise.

Il y a trois façons de faire un croquis intuitif :

  1. Représenter un objet inconnu que vous visualisez ;
  2. Laisser courir sa main sur le papier ;
  3. S’imposer de placer mentalement le lieu devant soi, à une taille souhaitée, pour l’explorer en différents aspects.

Une fois le croquis effectué, décrivez-le avec des adjectifs sensoriels mais ne cherchez pas à comprendre vos dessins.

La conceptualisation ou le passage au monde des idées

L’intuition peut vous apporter des informations sortant du cadre du ressenti pour s’exprimer dans le cadre des idées. Vous passez alors de “C’est comment physiquement ?” à “Comment sont les activités de l’objet ou du lieu, sa nature et sa fonction ?”

Pour y parvenir :

  • Utilisez toujours des adjectifs conceptuels et abstraits ;
  • Utilisez des noms communs ;
  • Utilisez toujours la question “Comment ?” ;
  • Appuyez-vous si possible sur des informations se rapportant au mouvement, charnière entre le sensoriel et le conceptuel.

Finalement, en reproduisant de manière consciente les cinq étapes de la perception de votre environnement, vous exercez votre intuition pour la convoquer consciemment.

3 – En phase intuitive, mettez de côté votre intellect pour mieux percevoir

En utilisant vos capacités de perception, vous sollicitez involontairement votre intellect. Comment l’empêcher de parasiter votre intuition ?

Vous interprétez la réalité à travers des filtres mentaux résultant de votre éducation, de votre environnement et de vos expériences plutôt que de la percevoir réellement. Ce mécanisme se fait à votre insu.

Votre intellect cherche à identifier et à nommer grâce à votre stock de concepts. Dès lors, vous reconnaissez de moins en moins la réalité première des choses et la nouveauté. Vouloir comprendre au lieu d’observer simplement peut donc vous induire en erreur.

Chaque fois que vous percevez, un processus mental d’interprétation basé sur vos connaissances acquises se met en route. Il vous propose des solutions toutes faites pour répondre aux cas les plus courants, ce qui vous induit en erreur. Vous devez donc réapprendre à percevoir la réalité telle qu’elle est et non telle que vous croyez qu’elle est.

Alors que les perceptions intuitives sont traduites par des adjectifs sensoriels, l’interprétation fait appel aux noms communs et aux noms propres. Ces constructions analytiques sont inévitables : ne les bloquez pas quand elles arrivent mais identifiez-les comme telles.

En outre, lorsque vous êtes en phase intuitive, gardez un observateur dans un coin de votre tête pour vous signaler si vous tombez dans le mental. En effet, l’intuition relevant du non-mental, vous devez mettre de côté les productions mentales pour qu’elle fonctionne.

Pour cela :

  • exprimez les ressentis, idées, phrases, mots, images qui émergent ;
  • demandez-vous si c’est une perception brute ou une construction analytique ;
  • notez vos perceptions au centre de la feuille ;
  • mettez à droite les constructions analytiques ;
  • respirez ;
  • reprenez l’exploration sensorielle avec de nouveaux adjectifs.

En bref, l’intuition génère des constructions mentales qui peuvent gêner sa pratique. Pour les combattre, il faut donc pouvoir les repérer. Restez vigilant !

4 – Les émotions et le opinions sont des faux amis de l’intuition

L’émotion et l’opinion résultent également de l’intuition. Vous devez savoir les reconnaître pour pouvoir les isoler. Comment faire ?

Les quatre émotions principales

L’émotion est une réaction affective et physiologique de courte durée accompagnée de modifications physiologiques. Parmi la palette d’émotions de l’être humain, les quatre principales sont :

  1. La peur ;
  2. La colère ;
  3. La tristesse ;
  4. La joie.

L’émotion est toujours provoquée par ce que vous percevez. Elle est donc une conséquence de l’intuition.

Celle-ci attire votre attention sur le fait que vous percevez quelque chose qui vous touche. Si cela facilite l’intuition, cela la perturbe en même temps. En effet, elle peut vous influencer et vous induire en erreur si vous la gardez pour vous.

L’émotion est subjective et personnelle, différente d’une personne à l’autre. Au contraire, l’information intuitive est toujours objective. L’intuition est donc une perception tandis que l’émotion est une réaction personnelle à la perception.

Pour ne pas tomber dans le piège :

  • exercez-vous à prendre conscience de vos émotions, à les reconnaître et à les exprimer ;
  • soyez attentif aux signaux corporels de vos émotions pour en prendre conscience ;
  • exprimez vos émotions à la première personne, par exemple “Je ne suis pas sûr d’arriver à intuiter” ;
  • faites une pause pour revenir à une neutralité émotionnelle.

Pour gérer un état émotionnel, votre volonté ne suffit pas. Utilisez la respiration et ralentissez votre rythme respiratoire. Une fois l’émotion maîtrisée, demandez-vous quelle perception l’a provoquée.

Les opinions et les “a priori”

L’opinion est un avis personnel, un jugement de valeur construit sur une émotion préalable. Elle est donc également une réaction à une perception, totalement subjective.

Lorsque vous exprimez un avis, demandez-vous quelle émotion l’a généré pour retrouver la perception préalable, indispensable à la démarche intuitive.

Apprenez à reconnaître l’opinion pour la mettre de côté et pour revenir à la perception, porteuse d’informations. L’opinion indique toutefois que vous êtes en contact avec l’intuition.

Pour “intuiter”, vous devez vous tourner vers l’intérieur de vous-même afin d’être à l’écoute et de bien recevoir les informations cognitives et sensorielles envoyées par l’intuition.

Pour être dans l’instant présent et sortir de la dimension temporelle, indissociable du mental, demandez-vous :

  • “Comment je m’appelle ?”
  • “Où suis-je ?”
  • “Comment est-ce que je me sens physiquement ?”
  • “À quel moment suis-je ?”
  • “Quelle est ma prochaine pensée ?”

De plus, balayez les pensées parasites et les gênes ressenties en les écrivant.

Par exemple, il peut s’agir de :

  • gênes extérieures : le bruit du frigo, la chaleur, le stress lié au travail ;
  • gênes intérieures : penser que vous êtes fatigué, douter de votre intuition, etc.

Voyez ensuite si vous pouvez y remédier.

Faites de même avec les “a priori”, les idées préconçues sur ce que vous recherchez intuitivement. Pour cela :

  • prenez-en conscience ;
  • identifiez-les avec la question “Est-ce que j’ai des idées préconçues sur… ?” ;
  • mettez de côté les réponses à cette question ;
  • oubliez ces “a priori” car ils sont souvent faux.
  • Votre esprit sera ensuite clair et ouvert pour l’intuition.

En conclusion, apprenez à identifier pour les mettre de côté les émotions, les opinions et les a priori, directement liés à la perception et donc à la pratique intuitive. Elle pourra ainsi s’exprimer librement. Prêt à faire le tri ?

5 – Votre Intuition a besoin d’être guidée

En mettant de côté intellect et émotions, puis en favorisant la perception, vous pouvez convoquer votre intuition quand vous le souhaitez. Néanmoins, comment l’entraîner ?

Utiliser votre intuition mobilise à la fois votre capacité intuitive et votre capacité intellectuelle. Pour guider votre intuition dans sa recherche d’informations utiles, vous devez développer le questionnement intuitif. Il consiste à se questionner soi-même.

Pour ce faire, sollicitez votre intellect pour formuler des questions. De cette manière, vous limitez son travail d’interprétation des perceptions et sa tendance à l’analyse.

Pour bien vous questionner, utilisez “Comment ?”, qui permet des réponses ouvertes et de faire ressortir les perceptions. Par exemple : “Comment est la couleur de l’objet ?”

Dans cette démarche :

  • exprimez tout. Par exemple, les mots, les perceptions, les émotions, les gênes, les interprétations ou les peurs. Ainsi, vous les conscientisez ;
  • notez ce qui vient sous la forme d’une liste. Un élément peut être écrit plusieurs fois s’il revient ;
  • triez les infos en trois colonnes : les liens personnels (émotions, opinions), les perceptions intuitives et les interprétations du mental ;
  • conservez uniquement ce qui relève de l’intuition.

En alternant réflexion et perception, votre ouverture intuitive sera plus grande et les informations plus riches.

Vous devez développer la pratique de l’intuition avant de l’utiliser efficacement dans votre quotidien.

Par exemple, entraînez-vous avec le principe des trois colonnes sur un lieu mystère.

Au centre d’une feuille :

  • notez vos sensations via vos cinq sens ;
  • faites des croquis ;
  • décrivez comment est l’activité sur le lieu, quels sont les mouvements, les personnes, etc. ;
  • faites une synthèse des informations comme pour décrire le lieu à quelqu’un qui ne le connaît pas ;
  • validez ces informations sans jugement.

À gauche, notez vos nom et prénom, le lieu, la date et l’heure, ainsi que les émotions qui sont survenues durant l’exercice.

À droite, notez les interprétations et les “a priori” que vous avez sur le lieu, avec des noms propres ou communs, des images mentales claires et statiques.

Somme toute, vous devez exercer votre intuition dans un cadre précis pour pouvoir ensuite la pratiquer de manière efficace. Suivez bien les consignes et vous serez surpris !

6 – L’intuition est une aide précieuse au quotidien

L’intuition est une capacité de connaissance très puissante qui se révèle très utile pour votre vie de tous les jours. De quelle manière ?

L’intuition est utile pour explorer une situation ou pour prendre une décision. Elle permet aussi de développer des idées nouvelles.

Elle est donc efficace dans de nombreuses situations :

  • en cas d’urgence, car elle permet d’agir vite contrairement au raisonnement qui a besoin de temps pour analyser les perceptions ;
  • en cas d’incertitude, quand plusieurs choix sont possibles ;
  • en cas de saturation d’informations ;

en cas d’absence totale d’informations. Dans cette situation, votre intellect ne peut interférer. Elle est donc très performante.

Avec l’intuition, vos idées viennent plus facilement et vous accumulez des informations de qualité. Vous cernez donc mieux les situations, les autres et vous apprenez à mieux vous connaître.

Au quotidien, l’intuition se manifeste dans votre corps et par votre corps. Cette intuition physiologique est réflexe mais peut servir dans la prise de décision. Toutefois, cette exploration axée uniquement sur le ressenti est sensible aux interprétations et aux émotions.

Pour éviter ces faux amis, passez à une intuition multi-sensorielle.

Par exemple, pour le choix d’un restaurant, plutôt que de les comparer les uns avec les autres, choisissez-en un. Puis imaginez la soirée au restaurant en vous demandant comment :

  • est votre ressenti intérieur dans ce restaurant ;
  • sont vos mouvements ;
  • sont les mouvements autour de vous ;
  • est l’ambiance sonore ;

sont les couleurs, la luminosité, les odeurs…

Quand vous êtes dans le restaurant choisi, comparez ce que vous avez ressenti et la réalité du moment. Faites de même pour un musée, une réunion de travail… Vous pouvez faire cet exercice plusieurs fois par jour.

Vous pouvez également utiliser votre intuition pour le choix d’une activité professionnelle, d’un loisir, ou si vous devez déménager.

Par exemple, pour un déménagement, plutôt que de vous précipiter sur les annonces, percevez et décrivez votre lieu d’habitation dans un an. Prenez garde à ne pas décrire un lieu idéal. Pour cela, mettez de côté vos attentes, vos souhaits et vos idées préconçues. Après avoir suivi la démarche intuitive et synthétisé les informations obtenues, regardez les annonces.

Bien formuler votre question est primordial pour obtenir la bonne réponse. Identifiez donc ce que vous voulez savoir et formulez-le correctement. Pour cela :

  • utilisez “Comment ?” pour obtenir des informations variées ;
  • ne posez qu’une seule question ;
  • formulez-la de manière positive ;
  • formulez-la au présent ;
  • évitez le conditionnel ;
  • n’introduisez pas d’éléments incertains ;
  • mettez de côté émotions et jugements ;
  • soyez factuel.

Pratiquez sur des éléments qui vous intéressent, par jeu ou pour résoudre des difficultés importantes. Vous pouvez “intuiter” efficacement sans y passer beaucoup de temps. En effet, plus vous vous entraînerez, plus vous serez rapide.

En définitive, vous pouvez “intuiter” à tout moment pour résoudre un problème ou pour vous entraîner. Quels résultats avez-vous obtenus ?

7 – L’intuition est un outil de connaissance et d’information

L’intuition est un outil de connaissance et d’information

L’intuition est de plus en plus utilisée dans différents domaines. En effet, elle apporte d’autres éléments d’informations que ceux proposés par l’intellect. Dans quel cadre pouvez-vous l’utiliser ?

L’intuition peut s’appliquer à des situations et à des domaines professionnels très variés :

  • à l’innovation ;
  • à l’art, l’archéologie et l’histoire ;
  • à la communication ;
  • aux ressources humaines ;
  • aux finances ;
  • à l’industrie ;
  • au développement durable ;
  • à l’enseignement, etc.

Par exemple, dans les entreprises, la créativité est primordiale pour innover. Or la créativité est la capacité à apporter une solution nouvelle et originale à un problème donné. Pour la mobiliser, il vaut donc mieux utiliser l’intuition que des idées.

Autre exemple : aux États-Unis, des policiers et des intuitifs collaborent pour résoudre des enquêtes. L’intuition est d’ailleurs enseignée aux policiers et aux douaniers américains depuis la fin des années 1990.

Enfin, des études ont montré qu’un dirigeant utilise plus souvent son intuition, la sollicite plus et est plus à son écoute que la moyenne des personnes.

Pour conclure, l’usage de l’intuition se développe dans tous les domaines et elle est même enseignée. C’est une belle preuve de son efficacité !

8 – L’intuition est considérée comme une science

L’intuition, qui survient en dehors du raisonnement, peut être mesurée scientifiquement. Est-ce un paradoxe ?

Les premières expériences sur l’intuition ont eu lieu dans l’Antiquité grecque avec Crésus, roi de Lydie. Pour savoir à qui se fier, il avait envoyé des messagers auprès de différents oracles. Ils devaient leur demander, cent jours après leur départ du royaume, ce que faisait Crésus à ce moment-là, et revenir avec la réponse écrite. Seule celle de la Pythie était juste.

Des études scientifiques montrent que l’intuition est toujours active, même si vous n’en avez pas conscience. Elle se manifeste d’abord par des mouvements réflexes et des ressentis internes. Ainsi, c’est pour cela que vous avez des pressentiments, car votre corps réagit deux à dix secondes avant qu’un événement ne se produise.

Vous pouvez entraîner votre intuition pour éviter d’être freiné par votre esprit analytique, notamment avec des techniques comme la méditation. Cependant, vous pouvez vous leurrer sur ce que vous pensez percevoir. Vous faites alors l’objet de ce que la psychologie appelle “des biais cognitifs”.

Ces mécanismes de la pensée logique vous dévient de la réalité. Ils apparaissent quand votre cerveau ne peut pas créer assez de sens avec les éléments intuitivement perçus. Celui-ci se convainc alors de choses généralement fausses. Essayez d’en avoir conscience pour les mettre de côté.

Vos émotions peuvent également perturber vos perceptions intuitives. Toutefois, elles sont aussi un atout car il est plus facile d’utiliser vos intuitions, même inconsciemment, dans des situations à fort impact émotionnel.

En effet, votre cerveau réagit au moment de la perception intuitive même si vous n’en avez pas conscience.

Par exemple, diverses expériences ont analysé le cerveau lors d’une tâche intuitive. Dans ce cadre, l’intensité des ondes alpha du cerveau, caractéristiques d’un état de conscience apaisé, augmente.

Il est aussi possible d’observer une activité des ondes bêta (présentes en cas d’activité intense) et thêta (caractéristiques de certains états d’hypnose, de méditation et de mémorisation d’informations). L’intuition et l’activité du cerveau sont donc liées.

En développant cette capacité, vous pouvez donc :

  • faire des choix plus justes ;
  • être plus créatif ;
  • trouver du sens à vos actions ;
  • éclairer votre vie.

Vous pouvez “intuiter” à distance, à toutes les échelles et par-delà le temps.

Par exemple, le futur avec l’innovation ou le passé avec l’histoire et l’archéologie. Ainsi, des archéologues en Méditerranée utilisent l’intuition pour valider ou invalider leurs hypothèses de travail et générer de nouvelles pistes de pensée.

Pour développer votre intuition, vous devez pratiquer souvent et dans un cadre défini et structuré. En outre, croire à l’existence de l’intuition et en comprendre le fonctionnement vous rend plus performant intuitivement.

En résumé, l’intuition se manifeste dans tout votre corps, y compris dans votre cerveau. Vous pouvez la convoquer à tout moment. En êtes-vous désormais convaincu ?

9 – L’intuition s’épanouit dans la nouvelle représentation du monde issue de la physique du XX siècle

L’intuition s’épanouit dans la nouvelle représentation du monde issue de la physique du XX siècle

L’intuition semble en contradiction avec la représentation commune du monde, qui est très matérialiste. Pourtant, elle est proche de celle qui est née avec la relativité générale et la mécanique quantique. Comment cela se traduit-il ?

Le paradigme matérialiste, qui est la vision commune du monde, est basé sur :

  • le matérialisme, c’est-à-dire que tout est fait de matière ou d’énergie ;
  • le physicalisme : tout ce qui existe est strictement matériel, régi au sein de l’espace et du temps ;
  • le localisme, qui veut que les objets soient séparés les uns des autres ;
  • le causalisme, c’est-à-dire que le temps va du passé vers le futur ;
  • le déterminisme, soit la loi de cause à effet ;
  • le réalisme : le monde est fait d’objets indépendants de l’observation ;
  • le réductionnisme : tout objet est fait de plus petits que lui.

Cependant, depuis le début du XXe siècle, la physique a élaboré des théories qui contredisent cette idée. Elle a donné naissance à un nouveau paradigme. De plus, ces recherches ont bouleversé les notions d’espace et de temps.

La relativité générale est une théorie de la gravitation qui dit que deux corps s’attirent selon leur masse. Elle concerne les très grandes échelles, par exemple les objets massifs, les planètes, les galaxies, le cosmos, etc.

Selon cette théorie, plus un objet est lourd, plus le temps est lent à sa surface. Ainsi, si une personne se déplace vite par rapport à une autre restée sur place, elle vieillit moins que cette dernière.

De plus, pour la relativité générale, le temps est symétrique : si un phénomène existe du passé vers le futur, il peut exister en sens inverse.

De son côté, la mécanique quantique décrit les particules élémentaires, c’est-à-dire l’infiniment petit. Selon elle, certains phénomènes sont indépendants de la distance spatiale ou temporelle.

De plus, la conscience de l’observateur est vitale pour l’existence des phénomènes physiques mesurés. C’est en étant conscient d’un objet que celui-ci prend une dimension physique. La matière émergerait donc des consciences et non l’inverse.

De ce fait, percevoir par intuition serait possible. Aussi, en “intuitant”, vous êtes en relation participative avec l’Univers.

La mécanique quantique a montré qu’atomes et particules ne sont pas réellement des objets solides et n’existent pas de manière certaine dans l’espace et le temps. L’Univers est donc foncièrement indéterminé.

Elle a aussi mis en lumière les intrications quantiques ou enchevêtrements : deux particules ont des états dépendants l’un de l’autre, quelle que soit la distance entre elles. Tout semble donc lié, en relation directe et immédiate, peu importent la distance spatiale ou temporelle.

Dans les processus quantiques, les interactions sont des corrélations et non plus la causalité classique allant du passé vers le futur. Cela va donc dans le sens de l’intuition qui laisse également de côté le causalisme.

Ce nouveau paradigme propose donc un univers dans lequel vous pouvez acquérir de l’information en tout lieu et tout le temps. Puisque les particules élémentaires émergent du vide et y retournent, le vide devrait être vu comme un réservoir d’informations, d’énergie et de matière d’où surgirait la réalité.

Grâce à l’intuition, vous avez accès à ces informations car vous en faites partie intégrante.

Ainsi, la physique quantique a mis en place un nouveau paradigme de l’univers qui donne toute sa place à l’intuition. Vous n’avez plus de raison de vous priver de cet outil de connaissance et d’action !

Conclusion

La naissance d’un nouveau paradigme où tout est conscience, informations et interactions change votre vision de vous-même. Il vous redonne du pouvoir en tant qu’être humain et met l’accent sur votre connexion intime avec la Nature. Vous pouvez passer à cette science de l’information holistique en développant votre intuition. Elle vous permet de mieux vous connaître et de mieux connaître ce qui vous entoure.

Ce que vous devez retenir  :

  • l’intuition est présente en chacun d’entre vous, tout le temps ;
  • elle est objective et se base sur vos cinq sens ;
  • vous pouvez la convoquer quand vous le souhaitez pour résoudre un problème ou par jeu ;
  • la méditation favorise sa venue ;
  • vous pouvez la développer en la guidant par des questions introduites par “Comment ?” ;
  • vous devez vous méfier des faux amis de l’intuition comme l’intellect, les émotions, les “a priori” ou les opinions ;
  • vous devez pratiquer régulièrement la démarche intuitive pour la rendre plus performante.

Vous avez aimé ce koob ? Vous adorerez le livre ! Achetez-le chez un libraire indépendant.