Conseils pour améliorer votre bien être. Prendre soin de soi devient facile avec les conseiles produits de LBC. Que ce soit pour la beauté, le bien être en général ou pour la santé de la peau, des cheveux, LBC vous déniche des produits et astuces adaptés à vos besoins. Nous choisisons les meilleurs produits en fonction de leurs  efficacité.

Comment résister contre le stress oxydatif ?

Comment résister contre le stress oxydatif ?

“Le stress oxydatif ou oxydant serait responsable de diverses maladies et source de vieillissement. Vous avez peut-être déjà entendu cette affirmation, mais que veut-elle dire exactement? En effet, cette maladie est un déséquilibre entre la production de radicaux libres (EOR ou ROS en anglais pour reactive oxyden species) et notre capacité à neutraliser ces composés toxiques. Zoom sur ce qu’il faut savoir pour lutter contre cette pathologie !”

La consommation de légumes, fruits, céréales complètes, thé vert ou encore du chocolat noir peut aider à combattre le stress oxydatif.

Légumes, fruits et céréales complètes

Le moyen le plus efficace pour lutter contre le stress oxydatif est la consommation journalière de 400 à 600 grammes de légumes, notamment les crucifères, le persil ou les carottes riches en bêta-carotène.

Il est également recommandé de manger beaucoup de fruits et céréales complètes. N’oubliez pas non plus d’utiliser de l’huile de colza et de l’huile d’olive lors de vos préparations culinaires.

Le thé vert

Le thé vert contre le stress oxydatif

 

Appelé l’élixir de l’immortalité » en Chine, Le thé vert est très préconisé pour une personne atteinte de stress oxydatif. Scientifiquement, il renferme des polyphénols appelés « catéchines » qui freinent la progression du stress oxydatif.

Le chocolat noir

Le chocolat noir est très riche en polyphénols. Cet aliment a une capacité anti-oxydante cinq fois plus élevée que celle du thé vert. Effectivement, il neutralise les radicaux libres, des molécules toxiques endommageant les cellules de notre organisme.

Comment réduire le risque de diabète ?

Comment réduire le risque de diabète?

“Le diabète est une maladie qui est liée au sucre. Les diabétiques sont face à un problème d’utilisation, d’assimilation et de stockage des sucres fournis par les aliments. Ce dysfonctionnement se défini par un niveau élevé de glucose dans le sang, il s’agit alors d’hyperglycémie. Pour limiter les risques de diabète, il est essentiel de modifier nos habitudes alimentaires. “

 

Jusqu’à 90% des cas de diabète de type – diabète non génétique, ils peuvent être esquivés grâce à certains aliments.

 

Légumineuses, céréales entières, fruits et légumes

 

Les aliments contenant des sucres lents comme les légumineuses, les céréales entières ainsi que les légumes et fruits sont bénéfiques pour prévenir le diabète.

 

Les fruits sont bénéfiques pour prévenir le diabète

 

Les épices : cannelle, poivre noir, thym et curcuma

 

Quelques épices comme la cannelle contribuent à l’amélioration de la tolérance au glucose. En effet, elles inhibent la réaction de glycation endommageant la paroi des vaisseaux sanguins. Il en est de même pour le poivre noir et le thym. De son côté, le curcuma réduit le taux de glucose dans le sang.

 

À éviter !

 

Pour diminuer les risques de diabète, il est déconseillé de consommer des produits transformés. Leurs sucres simples rapidement assimilés poussent le pancréas à sécréter une grande quantité d’insuline. Ne mangez pas non plus des matières grasses saturées mais préférez l’acide oléique de l’huile d’olive.

Quels aliments pour protéger le cœur et les artères des maladies cardio-vasculaires ?

Quels aliments pour protéger le cœur et les artères des maladies cardio-vasculaires ?

“Aujourd’hui, nombreuses sont les personnes qui souffrent de maladies cardio- vasculaires. Pourtant, selon l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS), il existe une manière très simple de lutter contre. En effet, il suffit d’équilibrer son alimentation en mangeant quotidiennement par exemple des légumes et des fruits. Zoom sur ces aliments qui sont bénéfiques pour nos vaisseaux et notre cœur !”

 

De plus en plus de personnes sont affectées par les maladies cardio-vasculaires. Pourtant, il suffit d’une alimentation bien équilibrée pour réduire le risque de ces maladies.

Le chocolat noir

 

Rien de mieux que le chocolat noir pour diminuer la tension artérielle. Consommer 20 grammes de chocolat noir non industriel par jour serait idéale pour protéger notre système vasculaire.

Les polyphénols dans les chocolats libèrent de l’oxyde nitrique. Cette protéine enzymatique augmente la dilatation des artères, améliorant ainsi la circulation
sanguine et réduisant la rupture des plaquettes.

 

Le chocolat noir et le coeur

 

Les légumes verts et crucifères

 

Les légumes verts, renfermant une grande quantité de vitamine C diminuent le risque de troubles coronariens. Il en est de même pour les crucifères riches en acides foliques. Ces derniers limitent la concentration de l’acide aminé à l’origine de ces maladies. Les crucifères renferment également de flavonoïdes, des anti-oxydants améliorant les fonctions musculaires du cœur et protégeant ce dernier des dommages engendrés par les radicaux libres.

Le pain aux céréales entières

 

Mangez du pain aux céréales entières riches en anti-oxydants, minéraux et vitamines plutôt que du pain blanc pour diminuer de 40 % le risque d’accidents vasculaires cérébraux.

L’huile d’olive, l’avocat et les poissons gras

 

Les acides gras mono-insaturés de l’huile d’olive ou des avocats ainsi que les poly-insaturés(oméga-3) du saumon ou du maquereau peuvent protégés le système cardio-vasculaire.

 

Maladies cardio vasculaires

 

Le vin rouge

 

Grâce au resvératrol qu’il renferme, le vin rouge empêche la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins. Ceci explique sûrement le « French paradox » : même si les Français ont une alimentation plutôt grasse, ils affichent une mortalité coronarienne plus faible par rapport aux Américains et Anglais.

Le thé vert

 

La consommation de deux tasses de thé vert par jour fait diminuer de 16 % le risque des maladies cardio-vasculaires.

Des conseils pour une ligne parfaite en été

Des conseils pour une ligne parfaite en été

“Avoir un corps de rêve pour la période estivale nécessite de nombreux efforts et beaucoup de sacrifice. En effet, vous devez modifier radicalement votre façon de vivre en commençant par la manière dont vous gérer votre alimentation. Avec l’aide d’un coach ou d’un proche ou par votre propre initiative, il existe différentes manières pour perdre du poids.”

 

La minceur, les kilos en trop font partie des principales préoccupations de tout le monde à l’approche de la saison estivale. Que faire pour se sentir mieux dans son corps. Une silhouette équilibrée, un poids de forme idéal pour se sentir bien dans son sa peau et dans sa tête… le rêve que bon nombre d’entre nous partage !

Perde du poids sans tomber dans l’excès, et surtout parvenir à stabiliser son poids, tels sont les objectifs que nous allons vous aider à atteindre grâce à une série de conseils d’expert. La période des fêtes de fin d’année est là…. agissons ! Combien de fois, avez-vous déjà tenté de vous mettre au régime, de vous lancer dans une activité sportive pour parvenir à éliminer ces quelques kilos qui vous poursuivent ? Et combien de fois avez-vous tout laissé tomber par manque de motivation ou de résultats. Il faut bien le dire, faire un régime alimentaire n’est pas très agréable face à toutes les tentations qui nous entourent.

Outre l’aspect physique qui nous inquiète lorsque notre balance vire au rouge, il ne faut pas perdre de vue l’aspect lié à la santé.
Le surpoids est en effet à l’origine de nombreuses pathologies et il faut savoir qu’une bonne hygiène de vie peut vous permettre de faire des miracles dans la prévention contre les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’hypertension….).

 

Exercices physiques et alimentation équilibrée

 

Exercices physiques

 

Sports et alimentation équilibrée peuvent vous permettre d’avoir des abdominaux en béton et un ventre plat. Pour avoir un tel résultat, il faut élaborer une stratégie alimentaire bien définie et suivre un type d’entraînement particulier. Vous avez envie d’afficher désormais un ventre plat avec des abdominaux qui Pour vous aider voici quelques conseils qui vont vous aider à obtenir les résultats que vous désirez.

Pour avoir un ventre plat et des abdominaux bien dessinés il va falloir à la fois suivre un régime alimentaire et faire des exercices aérodynamiques afin de faire fondre le tissu adipeux. Il faudra également pratiquer un peu de musculation pour tonifier votre corps. Sur le plan alimentaire il est conseillé de réduire progressivement les calories absorbées en ayant à l’esprit qu’une fourchette de 1200 à 1500 calories sera le minimum à atteindre. En parallèle évitez les sucres lents, notamment le soir. Il faut réduire au maximum la consommation de graisses. Par contre, les protéines devront être consommées en grande quantités à raison de 100 à 150 grammes par jour. Pour cela il faudra manger du blanc de poulet, du poisson maigre ou encore du boeuf à 5 % de matière grasse.

En parallèle vous allez devoir pratiquer une activité aérodynamique de type jogging, vélo ou bien encore natation à raison de 2 à 3 séances par semaine. Chaque entraînement devra durer environ 45 minutes. Il ne faudra cependant pas dépasser 1 heure de sport car le temps supplémentaire passé à transpirer ne vous fera perdre que du muscle.

La dernière partie du programme concerne la musculation. Pour avoir des abdominaux biens dessinés il va falloir faire 2 séances de muscu par semaine. L’idéal e de disposer d’une salle près de chez vous. Si vous n’en avez pas la possibilité, des exercices d’abdominaux avec des machines vendues dans le commerce ou bien chez vous à même le sol peuvent suffirent. 15 minutes par séance avec des exercices variés doivent vous permettre de vous forger la ceinture abdominale dont vous rêvez tant.

Au bout de quelques semaines vous allez pouvoir admirer les résultats avec moins de graisse au niveau du ventre. Pour voir les abdominaux il faudra que le pourcentage de graisse corporel soit relativement bas. Pour cela il faudra poursuivre votre entraînement en étant un peu plus strict sur le plan alimentaire ou bien en faisant du cardio de manière plus intensive.

 

La corde à sauter

 

Le saut à la corde procure divers avantages et efficacité en termes de l’activité pour mincir. C’est une activité sportive idéale pour celles qui sont à la recherche d’un exercice simple permettant de brûler beaucoup de calories en peu de temps : le saut à la corde.

Les avantages du saut à la corde

Ses bienfaits sont nombreux. L’investissement est négligeable : une corde à sauter et une bonne paire de tennis suffiront. Le saut à la corde peut se pratiquer n’importe où, à intérieur ou à l’extérieur, à n’importe quelle heure même si vous ne disposez que de peu de temps. En effet, sauter à la corde pendant un quart d’heure seulement permet de brûler jusqu’à 200 calories.

Il s’agit d’un exercice simple, à la portée de tout le monde et qui n’exige pas de capacités sportives particulières. En effet, le saut à la corde est uniquement une question de coordination des jambes. Le rythme des bonds peut être plus ou moins rapide selon l’aptitude physique de chacun. Vous pouvez emporter votre corde à sauter partout, en vacances, en week-end… l’encombrement est minimum !

Le saut à la corde peut se pratiquer en musique pour ajouter un peu de dynamisme et de fun pour vous encourager durant les séances. Sauter à la corde augmente la capacité pulmonaire et la résistance cardiaque. Les sauts peuvent être diversifiés, sur une jambe, sur les deux, pieds joints, avec des mouvements croisés des bras… Vous pouvez aussi préférer faire du sur place ou encore vous déplacez en sautant à la corde.

Comment bien sauter ?

 

La corde à sauter

 

Même si vous n’êtes pas particulièrement sportive, le saut à la corde peut vous permettre de vous épanouir et de dépenser votre énergie. Tout d’abord, choisissez de bonnes chaussures de sport afin d’amortir correctement les chocs des sauts sur le sol. Evitez les sols trop durs (béton, bitume, carrelage) et préférez la terre, pelouse, moquette…

Si vous êtes débutante, commencez à vous entraîner sans la corde, en faisant des petits sauts sur place. Cela vous permettra d’acquérir la sensibilité et stabilité nécessaire tout en maintenant un rythme constant. Au début, vous serez sans doute tentée de regarder vos pieds…. Inutile ! Pour vous concentrer, fixez un point devant vous. Tous vos muscles doivent être relâchés ; la souplesse est nécessaire pour une bonne coordination. Veillez à maintenir votre dos droit, sans vous plier en avant. Les coudes doivent être le plus possible prêt du corps et les bras immobiles. Le mouvement de rotation de la corde doit être crée par le seul mouvement des poignets. Le saut doit être effectué sur la pointe des pieds, en faisant travailler les mollets.

Comme pour toute activité physique, commencez progressivement par de petites séances de 5 minutes à raison de deux ou trois fois par semaine. Puis au fil des jours, augmentez la durée des séances et leur intensité en fonction de votre état de fatigue.

Quelques variantes

Une fois que vous aurez acquis un peu de pratique, vous pouvez essayer quelques variantes : le plus simple consiste à croiser les avant-bras entre un saut et l’autre. Vous pouvez également vous entraîner en sautant sur une seule jambe ce qui permet de développer la musculature.

Contre-indications

Les sauts à la corde sont déconseillés si vous souffrez de problèmes cardiaques, respiratoires. Mais aussi des problèmes de dos, articulaires. En cas de doute, et avant de pratiquer ce type de sport, demandez conseil à votre médecin.

 

Thé vert : un régime amaigrissant

 

Les propriétés du thé vert sont connues depuis la nuit des temps et sont mises à l’honneur dans le cadre d’un régime amincissant. Découvrez toutes les infos sur ses bienfaits. De l’Inde à la Chine, en passant par le Japon et l’Afrique, le thé est la boisson de la sagesse orientale dont les bienfaits sont désormais reconnus.

Le thé vert présente de nombreuses propriétés bénéfiques à la fois pour le physique et pour l’équilibre mental de l’être humain. Il a envahi les rayons de nos supermarchés depuis quelques années, mais attention, on n’achète pas un thé vert comme on achète un paquet de sucre. Les qualités de thé vert sont très nombreuses avec des caractéristiques différentes les unes des autres.

 

Les propriétés du thé vert

 

Les propriétés bienfaisantes du thé vert sont multiples et diverses. En effet, il prévient contre les maladies cardiovasculaires et permet de combattre la sénilité. En plus, il permet d’avoir une meilleure résistance aux bactéries et favorise la digestion. Il paraît même qu’il aurait une vertu contre les cellules cancéreuses…C’est aussi un excellent brûleur naturel de graisses. Il peut combattre les caries dentaires et la mauvaise haleine.

C’est aussi un traitement très efficace contre les petits rhumes, de l’asthme, de la sinusite… Le thé vert permet par ailleurs de résoudre les problèmes de diarrhée et facilite la diurèse. C’est un meilleur remède pour soigner les hémorragies, les blessures, les gencives sensibles, les ulcères. Présentant des propriétés antioxydantes, il peut être utilisé en cataplasme directement apposés sur la peau ou bu en infusion.

 

Thé vert et perte de poids

 

Thé vert et perte de poids

 

Ce type de thé possède tous les éléments nécessaires pour vous aider à perdre du poids. Car il possède des vertus diurétique et permet de baisser les triglycérides, le cholestérol et améliore la flore bactérienne. Il contient une grande quantité de vitamines si bien que quelques tasses par jour suffisent pour couvrir tous les besoins quotidiens.

Enfin, le thé vert a la capacité d’accélérer le processus du métabolisme, augmentant ainsi la vitesse avec laquelle l’organisme brûle les graisses. Idéal si vous l’associé à un régime alimentaire équilibré, le thé vert peut vous aider à perdre les quelques kilos superflus accumulés pendant l’hiver. Pour faire, buvez-en au moins un litre par jour (sans sucre). Il est conseillé d’associer la prise de thé vert aux fibres (céréales, son) pour favoriser le transit intestinal. Fusionner à la cannelle, il peut pour réguler la glycémie. Composer à de la levure de bière, il peut améliorer ses propriétés amincissantes.

Attention : si vous buvez beaucoup de thé, veillez à limiter voire à supprimer la consommation de café afin de ne pas avoir un excès de substances excitantes.

Quelle méthode d’épilation choisir pour prendre soin de sa peau durant l’été ?

Quelle méthode d’épilation choisir pour prendre soin de sa peau durant l’été ?

“Quand l’été arrive, vous vous posez une question épineuse : Comment faire pour se débarrasser de sa pilosité ? Ce qui est sûr c’est que si vous ne pratiquez ni cyclisme à haut niveau, ni natation, rien ne vous oblige à devenir glabre. Néanmoins, lorsque la saison des premières escapades au soleil arrive, il est urgent d’éliminer les poils. Rasoir, cire chaude ou épilation électrique, il faut bien choisir !”

 

Quand la période estivale arrive, on pense tout de suite à la plage et à la piscine. Plus possible de tricher en camouflant les bords de maillot, les aisselles ou les jambes parsemées de poils inesthétiques. L’heure est à l’épilation parfaite. Rasoir, cire, Halawat, appareil électrique, crème dépilatoire… Tout pour être nette.

La chasse au « poil » existe depuis des millénaires. Nos ancêtres déjà, considéraient la peau imberbe comme un canon de beauté. Mais alors qu’autrefois, l’épilation n’était la préoccupation que des femmes appartenant à un milieu aisé, aujourd’hui, elle concerne toute la gente féminine. Les centres d’épilation pullulent dans nos villes, et pour choisir la méthode qui nous convient. Faisons un tour d’horizon de ce qui se fait en matière d’épilation.

 

Pourquoi faire de l’épilation ?

Epilation ou le rasage de vos jambes

 

L’été, les corps se dévoilent, les vêtements se font plus légers… Comment se préparer au mieux pour paraître plus belle, pour se mettre en valeur avant l’arrivée des beaux jours. Découvrez nos conseils pratiques pour des vacances en beauté. Le soleil, les beaux jours arrivent et, que cela nous plaise ou non, chacune d’entre nous se voit plus ou moins contrainte à se préoccuper davantage de notre corps, de notre apparence pour faire bonne figure une fois en maillot de bain.

Nous avons prévu pour vous une petite liste de conseils pratiques et utiles qui vous permettront d’arriver en forme et impeccable à votre premier rendez-vous avec les beaux jours, le soleil, la mer…

 

Les techniques d’épilation

 

Le système pileux est la source de bien des préoccupations féminines. L’épilation est la solution à ce problème. Quelle méthode choisir : provisoire ou définitive. Pour tout savoir sur l’épilation. Presque la totalité de notre corps est recouvert de poils… surprenant lorsque l’on sait que le front fait partie des zones les plus densément couverte de bulbes pileux. Fort heureusement la majeure partie des poils qui recouvrent notre corps ne constituent qu’un fin duvet clair et doux et donc invisible. Mais une partie de ces poils est belle et bien visible et est la source de bien des préoccupations féminines.

Par chance, la recherche dans ce domaine continue à nous donner des solutions de plus en plus efficaces à court ou à long terme, plus ou moins douloureuses pour satisfaire les exigences de chacun d’entre nous. Le monde de l’épilation peut être divisé en deux grandes catégories : l’épilation provisoire et l’épilation définitive que nous allons aborder plus en détail.

Le rasoir, pour les plus pressées

Pour toutes celles qui ne peuvent pas s’accorder trop de temps pour s’épiler, le rasoir est la méthode idéale. Vite fait, bien fait, sous la douche, on applique une couche de mousse à raser ou un peu de savon pour que le rasoir glisse plus facilement sur la peau. Au séchage, il faut appliquer une crème hydratante pour calmer les éventuelles irritations. La peau est nette en un rien de temps.

Seul hic à ce beau scénario : les repousses. Avec cette méthode, on n’est quasiment obligée, s’il l’on veut rester nette, de se raser tous les deux jours, voire tous les jours, pour les plus poilues.

La cire chaude, pour une efficacité optimale

La cire chaude s’utilise pour épiler les aisselles, les jambes et le maillot. Appliquée sur la peau à l’aide d’une spatule en bois ou d’un roll-on ( qui déverse une dose de cire en continu) la cire, une fois sèche, s’arrache d’un coup sec en tirant dans le sens inverse de la pousse du poil. Le poil est arraché à la racine. Cette méthode est très efficace car la chaleur ouvre les pores de la peau et permet ainsi un arrachage optimal.

Malheureusement cette méthode est à bannir pour toutes celles qui ont des problèmes de circulation sanguine ou des varices. En effet, la chaleur en dilatant les vaisseaux sanguins provoquent souvent des petits hématomes. De plus, pour une peau nette, il faut attendre que les poils atteignent environ 5 mm de longueur avant de les épiler. En été, pas franchement top ! Pour les inconditionnelles, sachez que cire + soleil, ne font pas bon ménage. Car des taches noires, indélébiles peuvent apparaître

Halawat, pour un retour aux traditions

Réalisée à base de sucre, d’eau et de citron, cette cire naturelle forme une boule de caramel brun. Elle s’applique centimètre par centimètre, sur toute la zone à épiler.

Comment faire ? Prendre plusieurs poignées de sucre en morceaux, un demi verre d’eau et faire chauffer le tout. Quand le caramel devient brun, ajouter quelques gouttes de citron et plonger la préparation dans de l’eau froide. Ensuite, former une boule de caramel de taille moyenne que l’on applique sur la partie à épiler. La boule doit se décoller d’un geste brutal pour optimiser le résultat.

Halawat est une méthode traditionnelle qui ne fait appel qu’à des ingrédients naturels. Elle laisse la peau douce, mais, il faut bien le reconnaître, pas aussi nette que la cire chaude.

L’épilation électrique, pour plus d’économie

 

épilation laser

 

D’utilisation rapide, l’épilateur électrique est en plus économique parce qu’il est vite amorti. Pour les inconditionnelles de cette méthode, sachez que la dernière génération des épilateurs électriques rivalise d’ingéniosité et d’efficacité.

Deux systèmes existent sur le marché : celui qui rase le poil et celui qui l’arrache. Dans le second cas, environ deux semaines et demi d’épilation nette est la promesse faite par les fabricants d’épilateurs électriques. Moins douloureux que ne l’était la première génération d’épilateurs, ils ont en plus été étudiés pour aller dans des zones telles que les aisselles et les bords de maillot. De plus, l’épilateur électrique a l’avantage de capturer les poils les plus courts à la racine, ce qui n’est pas le cas avec la cire. Cependant, cette épilation occasionne parfois des boutons sur les peaux fragiles en raison des risques de repousses de poils sous la peau.

La crème dépilatoire, pour une peau douce

Aussi rapide que le rasoir, la repousse est néanmoins moins rapide : environ une semaine avant de sentir les premiers poils pointer le bout de leur nez. Le principe : les actifs alcalins présents dans ces crèmes détruisent le poil à la racine ainsi que son enveloppe en profondeur en s’attaquant à sa kératine. La dernière génération possède des actifs encore plus apaisants et adoucissants particulièrement recommandés pour les peaux fragiles. Pour le petit plus, après le rinçage et le séchage, appliquer un demi-citron sur la peau épilée. Le jus compense les effets agressifs contenus dans la formule de la crème et évite ainsi les rougeurs.

 

Quelle méthode d’épilation vous convient

 

Après cette énumération des différentes méthodes vous hésitez toujours sur celle à suivre. Pas de problème, nous vous proposons un « menu » sur mesure pour traquer vos poils indésirables. Plus rien ne va… Faites votre choix.

Vous êtes… blonde ou châtain clair avec un poil fin

Veinardes !! Votre pilosité se limite aux jambes, aisselles et bord de maillot. Et encore, les poils sont fins, rien à voir avec les brunes. Cependant, même fins, ils restent visibles. La solution ? La cire chaude, bien sûr. Respectée toute l’année, cette discipline intraitable finit par avoir raison du poil. En effet, au bout de quelques mois, la fibre capillaire s’affine et disparaît. Vous devenez quasiment imberbe dans les zones épilées. Mission accomplie.

Vous êtes… brune à tendance poilue

Hum… Pas facile. Bras, cuisses, bords de maillot, visage… Vous en avez partout ! Et vos poils résistent en s’immisçant là où ils n’ont rien à faire.

La solution ? L’épilation halawat. Un retour aux méthodes traditionnelles s’impose pour une efficacité au top. Pour toutes celles qui n’ont pas reçu l’éducation d’une reine de Saba, quelques instituts proposent cette méthode à base d’ingrédients 100% naturels. Son avantage ? La boule en passant sur le corps capture dans son caramel les poils, même très courts, sans douleur et surtout sans aucune rougeur.

Vous êtes… une fille à peau sensible

Cicatrices, poils incarnés, boutons sous la peau… Vous avez droit à tout ! La kératine en excès est la principale coupable. Elle bouche la surface de l’épiderme au niveau des jambes et des bords de maillot. Le poil se retrouve alors « coincé » sous la peau et s’infecte.
Quoi que vous fassiez : cire, rasoir électrique… Rien n’y fait, c’est l’enfer.
La solution ? Le laser. Trop cher ? Si vous n’avez pas les moyens de vous offrir les dix séances nécessaires pour ne plus avoir de poils, investissez au moins sur deux séances.
Résultat immédiat : les poils ne seront pas éradiqués mais la peau retrouve une qualité exceptionnelle. Plus de boutons, ni de tâches ni de cicatrices… Revenez à la méthode d’épilation que vous voulez en attendant d’économiser et de finir le traitement au laser.

 

L’épilation définitive

 

Pour toutes celles qui veulent en finir de manière radicale avec leurs poils, il existe deux techniques : l’épilation électrique et le laser.

  • L’épilation électrique :

C’est une technique qui permet de faire passer une décharge grâce à une petite aiguille dotée d’une mini électrode que l’on glisse le long de chaque poil. L’épilation électrique détruit le bulbe du poil. Après cela, il ne peut plus y avoir de repousse. La méthode est longue car en une séance on ne peut traiter qu’une petite zone et en plus, les risques de cicatrices restent grands.

  • Le laser :

Il produit un faisceau de lumière absorbée par les poils. Une fois touchés, le poil et son bulbe sont détruits. Cette méthode est particulièrement efficace sur les peaux blanches à poils noirs.

Sur une peau mate ou noire, une nouvelle génération de laser, doté d’un embout refroidi en permanence pour éviter de brûler la peau, promet une bonne efficacité.

Pour les blondes et les rousses, les poils trop clairs n’arrêtent pas le faisceau de lumière. L’épilation électrique reste leur seule solution. Sachez toutefois, que le laser a pour ennemi le soleil. En cas d’exposition pendant le traitement, les risques de dépigmentation sont presque certains.

Le laser a des résultats surprenants et spectaculaires. Cependant, le choix du dermatologue est capital. En effet, la programmation des séances doit tenir compte du cycle de vie de chaque poil. Il ne s’agit pas d’enchaîner les dix séances en dix mois. Autrement, l’efficacité sera forcément moindre. Le professionnalisme du médecin est capital.

Une chirurgie esthétique pour un corps superbe en été

Une chirurgie esthétique pour un corps superbe en été

“Avoir un corps splendide nécessite de nombreux efforts surtout avec l’été qui se rapproche ! En effet, certaines femmes ont recours à de nombreuses méthodes pour paraître belles et au top. Il existe différentes techniques pour y arriver et la chirurgie esthétique en fait partie. Mais il faut l’aide d’un professionnel pour éviter tout type complications.”

 

Pour masquer les imperfections et mettre son corps en valeur, la chirurgie esthétique peut répondre aux attentes et préoccupations féminines. En effet, l’évolution de la chirurgie et des technologies permettent aujourd’hui de résoudre un certain nombre de problèmes esthétiques auxquels se trouvent confronter les femmes. Des interventions qui sont de plus en plus demandées et fréquemment réalisées par des chirurgiens professionnels mais qui ne doivent pas pour autant être banalisées. La décision de se soumettre à une intervention chirurgicale ne doit pas être prise à la légère mais mûrement réfléchie. Prenez le temps d’en discuter avec vos proches et avec des professionnels.

Pour une information détaillée et complète concernant l’augmentation ou la réduction mammaire qui sont parmi les interventions les plus demandées, il y a aussi l’augmentation des lèvres pour la rendre pulpeuse… Parcourez nos rubriques spéciales chirurgie esthétique féminine.

 

Augmenter le volume des lèvres

 

Des lèvres moelleuses et bien dessinées sont un élément de beauté indéniable. Découvrez ces quelques méthodes pour avoir des lèvres à l’Angelina Jolie.

 

Chirurgie des levres

 

Pour des lèvres pulpeuses

Des lèvres trop fines, trop intériorisées et mal définies peuvent désormais être corrigées et transformées en lèvres sensuelles. Des lèvres asymétriques peuvent également être corrigées. La correction est provisoire et la durée de son efficacité est très variable (de 3 mois à plusieurs années). Elle permet également de lisser les ridules de vieillissement.

Les techniques d’augmentation des lèvres

Pour toute augmentation, pour donner plus de galbe aux lèvres, le chirurgien peut injecter un produit synthétique dans la lèvre de la patiente. Les injections de collagène ou acide hyaluronique sont les plus couramment pratiquées. Ce premier qui est un produit naturel déjà présent dans le corps notamment au niveau de l’œil et des articulations. Il s’agit de substances faciles à administrer et avec un résultat immédiat. Les lèvres sont constituées de muscles souvent sollicités, raison pour laquelle la durée d’action des différents produits n’est pas très longue. Notez tout de même que la durée d’efficacité diffère selon le produit injecté.

L’intervention ne dure que quelques minutes et se fait à l’aide d’une aiguille très fine et sans anesthésie. La douleur est légère et tout à fait supportable. Cette opération est tout à fait praticable sur les deux lèvres (inférieures et supérieures) ou sur une seule selon la morphologie et les désirs de la patiente. Outre l’injection de produit, l’injection d’une petite quantité de graisse de la patiente est également possible. On parle alors de “lipofilling”. Même si elle est plus complexe, cette méthode chirurgicale présente l’avantage de n’apporter de corps étrangers et donc d’éviter tout risque d’allergie. Se faisant sous anesthésie locale, le résultat est plus naturel, le résultat est souvent plus naturel. Son efficacité est de 12 à 24 mois. Une augmentation définitive des lèvres peut également être envisagée. Le chirurgien réalisera alors une incision en V sous la lèvre afin d’augmenter la partie rouge apparente. La cicatrice, à l’intérieure de la bouche, est alors invisible. Cette intervention peut être accompagnée d’une greffe de graisse afin de parfaire le volume.

Quelles sont les complications possibles ?

L’injection de collagène ou autre substance pour une augmentation des lèvres ne présente pas à priori de complications particulières. Mais, des hématomes peuvent toutefois apparaître après l’intervention ainsi que des petits points bleutés qui disparaîtront après quelques jours. Les risques d’infection sont très limités mais toujours présents comme pour toute intervention. Immédiatement après l’injection, la patiente pourra reprendre son travail ou vaquer à ses occupations habituelles sans contre-indications particulières. Quelle que soit la technique d’augmentation des lèvres choisie, l’opération doit être effectuée par des professionnels de la chirurgie esthétique. Sachez que efficacité dans le temps est variable d’une personne à l’autre.

 

En quoi consiste le lifting des seins ?

 

Des mamelons qui tombent… on parle de mastoptôse. La solution chirurgicale pour y remédier s’appelle la mastopexie.

Les différentes procédures d’intervention

Cette chirurgie consiste à remonter le sein, à repositionner la glande mammaire et l’ensemble aréole-mamelon. Cela en enlevant l’excédent de peau ou en fixant le tissu à un niveau supérieur sur les muscles pectoraux. Un affaissement léger de la poitrine ne nécessitera qu’une petite incision autour de l’aréole. Par contre, un raffermissement plus important pourra nécessiter trois incisions pratiquées en « T » inversé (comme pour une réduction mammaire).

Parfois, la pose d’une prothèse mammaire peut être nécessaire pour redonner un certain volume au niveau des seins. En effet, le repositionnement de la glande vers le haut peut entraîner une perte excessive de volume du sein. L’insertion de la prothèse nécessite de pratiquer une incision de quelques centimètres qui peut se situer dans le sillon du sein ou dans la partie inférieure ou supérieure de l’aréole ou encore dans le creux de l’aisselle. L’intervention peut durer une ou deux heures. La cicatrice est en général peu visible. Mais il faut savoir que la qualité de celle-ci peut varier d’une personne à l’autre. Aussi en fonction de la qualité et des réactions de la peau de chacun. L’opération peut être effectuée sous anesthésie locale ou générale selon l’ampleur de l’intervention.

 

augmentation seins esthétique

 

Les complications possibles

L’apparition d’ecchymoses est fréquente immédiatement après le lifting du sein. Mais elles disparaissent au bout de quelques semaines. Le risque d’infection est limité mais toujours présent comme dans toute intervention chirurgicale. La sensibilité des mamelons peut dans certains cas être altérée voir totalement disparaître. Un état qui pourra parfois s’améliorer quelques mois après la chirurgie. Dans bon nombre d’interventions de lifting du sein, seule la partie externe du sein est concernée. Ainsi, les possibilités d’allaitement restent inaltérées pour les futures mamans.

Comme toute intervention chirurgicale, la mastopexie n’est pas anodine. De ce fait, il convient avant tout de s’adresser à des professionnels de la chirurgie esthétique afin de ne prendre aucun risque.

 

Réduction mammaire ou l’hypertrophie mammaire

 

Si une poitrine généreuse est le rêve de beaucoup de femmes. Pour d’autres, cela pourrait être vécue comme un véritable cauchemar.

Hypertrophie mammaire

L’hypertrophie mammaire est un volume excessif des seins. Une réduction mammaire peut alors être envisagée. On parle d’hypertrophie lorsque le sein atteint un volume supérieur à 400 cm³ (un sein dit « normal » présente un volume qui se situe entre 200 et 350 cm³). L’hypertrophie mammaire est souvent mal vécue et peut constituer à la fois un handicap psychologique à l’origine d’un complexe difficilement dissimulable mais aussi un handicap physique.

Une poitrine trop volumineuse peut en effet avoir des conséquences sur la santé d’une femme. Avec notamment des douleurs au dos en raison du poids à supporter. Il y a aussi une déformation de la colonne vertébrale en raison de la mauvaise posture adoptée pour compenser le surpoids. A cela peut s’ajouter dans le cas d’une hypertrophie importante, une infection au niveau du dessous du sein à cause de la macération cutanée. Une réduction mammaire ou mastoplastie de réduction peut être pratiquée pour résoudre ces problèmes.

En quoi consiste l’intervention de réduction mammaire ?

L’opération chirurgicale consiste à enlever l’excès graisse du sein, une partie du tissu glandulaire ainsi que la peau en excès afin de reconstituer une paire de mamelles plus petite. Le sein est ensuite remodelé, le mamelon et l’aréole sont recentrés pour reformer un sein normal. Les anciennes techniques laissaient une longue cicatrice en forme de T inversé difficilement dissimulable. Mais les méthodes actuelles laissent un stigmate vertical bien plus discret au départ de l’aréole et autour de celle-ci. Ces derniers sont toutefois indélébiles et peuvent être plus ou moins visibles selon la qualité de la peau des patientes.

L’aspect des cicatrices évolue au fil des mois qui suivent l’intervention et se stabilisera environ 1 an après la réduction mammaire. Pratiquée sous anesthésie générale, l’opération dure environ 3 heures (variable selon les cas). Quant à la durée de l’hospitalisation, elle est de 3 ou 4 jours. Après l’intervention, un arrêt de travail sera prescrit pour une durée de deux à trois semaines. La patiente devra éviter le port de charges lourdes pendant un mois et ne pratiquer aucun sport pendant environ deux mois.

En raison des nombreuses conséquences et troubles qu’une hypertrophie peut entraîner, l’intervention de réduction mammaire est intégralement prise en charge par la Sécurité sociale dans la mesure où les seins atteignent un certain volume nécessitant une réduction de 300 grammes par sein avec une indication médicale.

Les complications possibles

Des ecchymoses peuvent apparaître après l’intervention. Mais, elles disparaîtront progressivement au bout de deux à trois semaines. Des gonflements des seins sont également fréquents. L’apparition d’hématomes est possible après ce genre d’opération. Néanmoins, la pose de drains limite ces dangers. Le risque d’infection est quant à lui limité grâce à l’administration d’antibiotiques que la patiente se verra prescrire.

Dans de rares cas, en raison de complication au niveau de l’aréole et du mamelon, un problème de vascularisation peut se produire. Cela peut entraîner la perte de l’aréole et du mamelon (lesquels pourront être reconstitués au cours d’une autre intervention par une greffe notamment). Une altération voire une perte totale de la sensibilité du mamelon peut également survenir suite à l’intervention. Des kystes peuvent également apparaître plusieurs mois après la réduction mammaire. Ils disparaîtront généralement sans traitement. Il convient toutefois de consulter son chirurgien. La réduction mammaire est une véritable intervention chirurgicale. A ce titre, il convient de vous adresser à un chirurgien professionnel et qualifié.

 

hypertrophie mammaire

 

Augmentation mammaire

 

La mastoplastie d’augmentation (ou augmentation mammaire) permet grâce à la pose d’implants de donner davantage de volume aux seins.

Implants mammaires

L’augmentation mammaire est une intervention chirurgicale qui permet grâce à la pose d’implants de donner davantage de volume à une poitrine jugée trop plate ou tombante. La chirurgie esthétique permet de venir à bout de complexes physiques créés par une poitrine trop menue voire quasiment inexistante qui prive certaines femmes d’un sentiment de féminité. Un sentiment qualifié indispensable pour une acceptation de soi.

La mastoplastie d’augmentation est effectuée lorsque le sein n’est pas suffisamment développé ou s’il s’affaisse. On parle alors de ptôse. Cette technique peut dans les deux cas permettre de redonner du volume à la poitrine et de corriger sa forme.

Comment choisir la taille de ses prothèses mammaires ?

Toute décision d’intervention pour une augmentation mammaire ne peut être prise sans avoir mûrement réfléchie. En effet, elle devra impérativement faire l’objet d’une discussion avec un chirurgien. Car il n’y a que lui qui est en mesure de vous conseiller la taille adaptée à votre morphologie.

Grâce aux nouvelles technologies de traitement graphique de l’image (morphing), le chirurgien pourra, à partir d’une photo de vos seins, vous proposer une simulation de la pose d’implants mammaire. Vous pourrez ainsi visualiser votre silhouette avec une poitrine plus généreuse et vous pourrez davantage faire part de vos souhaits au chirurgien.

Cette étape est importante et souvent les patientes optent pour des prothèses assez volumineuses sans se rendre compte qu’un changement trop radical du volume de la poitrine a une incidence sur l’ensemble de la silhouette.

Les logiciels de morphing permettent de visualiser ce changement et souvent de réviser la taille des implants.

En quoi consiste l’intervention ?

Le chirurgien pratique une petite incision autour de l’aréole ou sous les aisselles par laquelle sera introduite une prothèse mammaire en silicone qui viendra se positionner sous la glande ou sous le muscle pectoral. Il peut également pratiquer l’incision dans le pli sous le sein. Le choix de l’emplacement de l’incision dépend de la morphologie de la poitrine de la patiente. La cicatrice devient le plus souvent complètement invisible au bout de quelques mois.

L’opération se fait sous anesthésie générale ou locale voire sous péridurale (selon les pratiques de l’anesthésiste et du chirurgien et après consultation avec le patient) et dure en moyenne une heure. La durée de l’hospitalisation est très courte (entre 24 et 48 heures). La patiente devra porter des soutiens-gorge adaptés pendant quelques semaines afin d’assurer un bon maintien de sa poitrine. La patiente devra veiller à ne pas porter de charge lourde dans les jours qui suivront l’intervention et la pratique de sport sera vivement déconseillée pendant quelques temps.

Les prothèses

Il existe différentes formes de prothèses (rondes ou anatomiques) et diverses dimensions et volumes. L’enveloppe extérieure de toutes les prothèses actuelles, qui sera donc en contact avec les tissus internes de la patiente, est constituée en élastomère de silicone.

Le produit qui sert à remplir la prothèse est du gel de silicone pour les prothèses pré-remplies par le fabricant. On trouve également des prothèses dites gonflables que le chirurgien remplira de sérum physiologique lors de l’intervention. Il pourra alors adapter le volume de la prothèse comme convenu au préalable avec la patiente.

 

Prothèses mammaires

 

Taux de réussite

La majeure partie des femmes qui ont eu recours à une pose d’implants mammaires pour augmentation est satisfaite du résultat de l’intervention. Il convient de toute évidence de faire appel à un chirurgien qualifié et reconnu pour la pratiquer. Car en plus de l’effet de volume, la prothèse procure également un effet push-up qui permet de reconstituer le soutien naturel du sein, sa tonicité que bon nombre de poitrines perdent avec le passage des années, les grossesses…

L’implantation de la prothèse en silicone est une véritable intervention chirurgicale et en tant que telle elle en comporte également certains risques. La prothèse doit ensuite faire l’objet d’un contrôle régulier, au moins une fois par an, afin de s’assurer que tout va bien.