Articles

Les dérèglements de la menstruation

Les dérèglements de la menstruation

 

“Avoir ses menstruations n’a rien de bénin ! Cela veut dire que vous êtes vraiment une femme. Les petits changements pathologiques peuvent signifier beaucoup de choses sur votre état physique et votre santé. Retard de règles, arrêt du cycle menstruel, saignement entre les cycles, règles très courtes, flux important, règles douloureuses, spottings… Surtout, ne négligez pas ces signes que votre utérus vous envoie. En cas de doute, n’hésitez pas d’aller faire une consultation chez un spécialiste !”

 

Les troubles du cycle menstruel sont chroniques à tous les stades de l’activité génitale. Les causes de ces perturbations sont différentes selon l’âge de la femme. Parfois, ces dérèglements sont normaux : ménopause, grossesse… Autrement, il est essentiel de rechercher un facteur pathologique, en particulier hormonal.

 

Les troubles du cycle menstruel : c’est quoi ?

 

Les troubles du cycle menstruel

 

Les règles déterminent la marque de l’activité génitale chez la femme. En général, elles sont régulières, apparaissent à la puberté et disparaissent à l’âge de la ménopause. L’euménorrhée est un cycle régulier et normal qui commence le premier jour des menstruations ou des règles. D’habitude, sa durée est de 4 à 7 jours environ.

Pour certaines femmes, le laps de temps qui sépare deux périodes de règles est estimé entre 28 et 30 jours. Les règles qui sont différentes des menstruations normales sont qualifiées comme étant des dérèglements menstruels. Ces irrégularités se rapportent généralement aux douleurs et autres symptômes subjectifs de maladie en rapport avec chaque ménorragie. Elles peuvent porter sur la quantité, la fréquence ou la combinaison des deux.

 

Différents types de troubles du cycle menstruel

 

Nombreux sont les facteurs qui peuvent provoquer les dérèglements de la menstruation : organiques ou hormonaux. Voici un aperçu des irrégularités du cycle que les femmes peuvent rencontrer…

 

La ménorragie ou règles prolongées et abondantes

 

ménorragie

 

L’hyperménorrhée est un trouble menstruel qui peut toucher 25 % des femmes âgées de 30 à 49 ans. Il s’agit d’aménorrhée quand les saignements durent plus de 7 jours et que leur volume peut aller jusqu’à 150 ml. Notez que les femmes perdent normalement 50 à 100 ml de sang par jour durant leurs règles. Ce dérèglement peut avoir diverses origines, comme :

  • Le port d’un stérilet en cuivre ;
  • Des dérèglements hormonaux : insuffisance ou excès en œstrogènes ;
  • Un développement majeur de l’endomètre ;
  • La prise d’antibiotiques et de pilules contraceptives ou d’anticoagulants ;
  • La déformation des ovaires ou de l’utérus (myomes, tumeurs, inflammations, poypes…).

 

La spanioménorrhée ou l’hypoménorrhée

 

hypoménorrhée

 

Lorsque vos menstruations sont irrégulières, complètement imprévisibles ou peu abondantes, il se peut que vous fassiez de l’hypoménorrhée ou spanioménorrhée. Ces troubles font aussi que vos cycles durent entre 40 à 45 jours et disparaissent un ou de nombreux mois d’affilée.

La prise de médicaments contraceptifs peut provoquer des menstrues particulièrement faibles. Toutefois, un arrêt récent de la prise de pilule peut causer ce genre de dérèglement. Par ailleurs, l’hormone de l’allaitement, l’hypersécrétion de prolactine peuvent causer ces dérèglements. Afin de déterminer les origines de ces irrégularités menstruelles, il est nécessaire de consulter un gynécologue ou un médecin.

L’oligoménorrhée ou règles rares

 

oligoménorrhée

 

Lorsque l’intervalle séparant deux cycles excède 35 jours, la femme est atteinte d’une oligoménorrhée. Les règles rares peuvent être provoquées par différents facteurs dont :

  • Les troubles endocrinaux : surrénal, thyroïde… ;
  • L’altération de l’appareil génital ;
  • Un avortement ;
  • Des déséquilibres hormonaux par baisse des hormones sexuelles ;
  • Une tumeur utérine ou une blessure génitale ;
  • Des soins antipsychotiques ou antiépileptiques ;
  • Une anorexie et de la fatigue.

 

La polyménorrhée

 

polyménorrhée

 

Ce trouble menstruel définit un cycle inférieur à moins de 4 semaines. Divers facteurs peuvent le favoriser :

  • Le stress ;
  • Une instabilité hormonale ou alimentaire ;
  • La pré-ménopause et la ménopause ;
  • L’infection sexuellement transmissible ( IST) ;
  • L’Endométriose

La plupart des patientes atteintes de polyménorrhée sont souvent victimes d’infertilité. Cela, soit l’endomètre n’est pas suffisamment adapté pour la nidation, soit par absence totale de l’ovulation.

 

Les dysménorhées ou règles douloureuses

 

dysménorhées

 

Lorsque les menstruations s’accompagnent de nausées, de douleurs au ventre, de vomissements et maux de tête, il s’agit de dysménorhées. Souvent, ce genre de phénomène apparaît chez les jeunes filles dès leurs premières règles. Les règles douloureuses se manifestent généralement lors de la première ovulation. Pour les soigner, la prise d’une contraception hormonale mélangée à un anti-inflammatoire est nécessaire.

Les dysménorhées peuvent être également le signe d’une affection telle que l’endométriose. Dans ce cas, au lieu d’arriver durant les premiers jours des règles, les douleurs ne surviennent qu’à la fin.

 

Des saignements survenant en dehors des cycles menstruels

 

gynéco

 

Il se peut que des saignements surviennent en dehors des périodes de règles et ce, de manière irrégulière et à plusieurs reprises. Dans ce cas, il peut s’agir de métrorragies ou de spottings. Si la métrorragie est définie comme étant une hémorragie d’origine utérine, le spotting est un écoulement vaginal constitué d’une faible quantité de sang de teinte brunâtre. Les saignements intermenstruels sont souvent de très courte durée et se produisent durant l’ovulation. S’il y a des saignements même en dehors des règles et que leurs volumes augmentent, il s’agit alors de ménométrorragies. Ce sont les femmes en pré-ménopause qui en sont les victimes. D’autres sortes de saignements peuvent apparaître pendant le cycle : quelques jours après/ avant les menstruations ou durant l’ovulation.

En cas de changement d’intensité ou de rythmes des règles, soyez toujours attentive et consultez un gynéco ou un médecin. En effet, seul un spécialiste pourra spécifier l’origine des troubles et prescrire les meilleurs traitements. Cependant, aucun diagnostic n’est fiable à 100 % en termes de cycle menstruel !

Cosmétiques : les dangers de la contrefaçon

Cosmétiques : les dangers de la contrefaçon
 

“Les produits de beauté sont censés vous rendre jolie, vous apporter une douce fragrance… Bref, du bienfait pour vous ! Cependant, certains peuvent être nocifs, surtout si vous tombez sur les imitations qui envahissent le marché de la beauté. Très faciles d’accès et bon marché, les contrefaçons attirent de plus en plus de consommateurs. Alors qu’ils représentent un risque important pour la santé.”

Dès qu’il s’agit de produits de luxe proposés au grand public, le choix est vaste, surtout en termes de cosmétiques. Parfois, à défaut de budget, nombreux sont ceux qui sont tentés d’acheter les contrefaçons malgré les dangers qu’elles représentent.

 

Qu’est-ce qu’un produit de contrefaçon ?

 

Produit de contrefaçon

 

En général, toutes les marques sont imitées et contrefaites. En effet, les contrefaçons sont les copies des produits que le grand public connaît bien. Tous les domaines sont touchés par le marché du « faux », surtout la parapharmacie et la parfumerie. En constante évolution, ce phénomène met continuellement en épreuve le secteur du luxe. Force est de constater que les produits contrefaits ne se soumettent pas aux normes légales. Cela est dû au fait que leurs composants sont de piètre qualité et néfastes pour la santé. Notez que les contrefaçons les plus courantes sur le marché portent sur les cigarettes, les vêtements, les lunettes de soleil, les parfums, les dentifrices, les savons, les maquillages…

Pour certains mascaras, eye-liners ou gloss, des études ont prouvé la présence de mercure, d’arsenic ou de plomb à des niveaux toxiques. Certaines fragrances présenteraient même des traces d’excréments de rats et d’urine. Il paraît également que certaines pâtes de dentifrice sont faites à partir d’antigel de moteur d’automobile. Dans les fausses cigarettes, il est possible de trouver du bois, des insectes morts ou des substances toxiques. En plus, elles peuvent contenir une quantité de nicotine supérieure à la normale et un taux important de métaux lourds. Tout cela peut aggraver les risques causés par la consommation du tabac sur la santé.

 

Que faire pour reconnaître les cosmétiques imités ?

 

Actuellement, les produits de beauté envahissent les boutiques et les marchés donnant libre cours à l’escroquerie et à l’imitation. L’essor de la vente en ligne ne facilite pas non plus les choses. D’où, il est nécessaire de rester toujours sur ses gardes.

 

Bien se renseigner sur le lieu où les produits sont vendus

 

Marque cosmétique

 

Si vous voulez acheter un produit dédié au corps ou visage, renseignez-vous d’abord sur la marque. Evitez d’acheter dans des boutiques qui ne sont pas agréés. Dans le cas où vous vous trouvez à l’étranger, n’achetez que dans des boutiques officielles. Sur internet, ne passez vos commandes que sur des sites marchands fiables.

 

Contrôler la qualité du produit

 

Fautes de typographies ou d’orthographes de produit cosmétique

 

Les contrefaçons se reconnaissent par la médiocrité de leur qualité. Pour éviter les mauvaises surprises, regardez bien les détails sur les finitions, les composants ou la peinture. En sus, le packaging peut parfois trahir les faussaires : fautes de typographies ou d’orthographes, différence de couleurs par rapports à la version originale… Les crèmes, les lotions et les parfums contrefaits se distinguent par leur odeur et leur solidité.

 

Comparer les tarifs et être toujours sur ses gardes

 

Comparer les tarifs et être toujours sur ses gardes

 

Surtout, ne vous laissez pas duper par les coûts anormalement bas et fantaisistes proposés par les contrefacteurs ! Comparez également les prix des produits de beauté affichés en boutiques officielles par rapport à ceux que vous voulez acheter. S’il y a une grande différence, il s’agit alors d’une imitation! Pour prouver votre achat, exigez des factures signées par le revendeur.

 

Observer attentivement le certificat d’authenticité

 

Observer attentivement le certificat d’authenticité

 

Pour vous assurer que les cosmétiques que vous achetez n’est pas une copie, demandez des numéros de contrôle ou un certificat d’authenticité. Outre son prix, un produit authentique est toujours livré sous un emballage de qualité. De ce fait, avant de procéder au paiement, scrutez bien l’impression de l’emballage.

 

Les risques causés par les produits de beauté contrefaits

 

Les risques causés par les produits de beauté contrefaits

 

D’abord, l’acheteur des cosmétiques imités met en danger sa propre santé. Effectivement, un tel produit peut s’avérer très risqué pour la peau et expose le consommateur aux allergies. Cela à cause du fait que ces produits n’ont subi aucune analyse dermatologique. En sus, leur étiquetage ne comporte pas d’informations sur les allergènes. Pourtant, l’immatriculation des substances allergènes sur le packaging des produits de beauté est obligatoire.

L’élaboration d’un produit falsifié peut être réalisée par un service de main-d’œuvre inexpérimenté. Leur processus de fabrication ne respecte pas non plus les règles sanitaires. Sans oublier, que ces produits sont faits à partir d’ingrédients de mauvaise qualité et interdits par la réglementation. Enfin, l’acquéreur qui achète ce genre de produit accomplit aussi un délit pénal. Il encourt donc des sanctions financières et une lourde peine d’emprisonnement.

Le miel : remède simple et efficace contre les troubles de sommeil

“Comment avoir un bon sommeil et bien dormir ? Si vous êtes atteinte d’insomnie au point de vous retourner dans votre lit, optez pour le miel ! Même s’il n’existe aucune analyse confirmant le lien entre l’insomnie et le miel, beaucoup d’études démontrent que ce remède naturel est vraiment efficace. Réducteur d’hormones de stress, favorable pour produire de la mélatonine, le miel possède des vertus pour lutter contre les troubles du sommeil.”

 

Toujours épuisée, frustrée, stressée et angoissée ? Souhaitez-vous trouver des solutions contre vos troubles de sommeil ? Pas de panique, essayez plutôt le miel. En effet, c’est un remède naturel anti-insomnie qui vous mettra plus vite aux bras de Morphée !

 

Le miel, un véritable calmant naturel

 

Le miel, un véritable calmant naturel

 

Aliment naturel aux vertus et bienfaits multiples, le miel est connu comme étant une substance capable de diminuer les effets négatifs du stress. Une simple prise journalière d’une à deux cuillères à café vous procurera un réconfort immédiat. Pour ce faire, il suffit d’ajouter une cuillère à café de miel dans du lait tiède ou dans un verre d’eau chaude. Naturellement sucré, le miel permettra ainsi d’augmenter le taux de sucre dans votre sang. Effectivement, la prise de cette substance stimulera le tryptophane qui est un acide aminé renfermé dans le miel et le portera dans le cerveau. Ensuite, le tryptophane sera transformé en sérotonine et en mélatonine, la mythique « hormone du sommeil ». C’est la meilleure astuce pour trouver un bon sommeil…

 

Comment améliorer votre nuit de sommeil grâce au miel ?

 

Améliorez votre nuit de sommeil grâce au miel

 

Au cas où vous souhaitez utiliser le miel pour rendre meilleure votre nuit, la technique est simple : consommez une cuillère à café de miel cru, de préférence non pasteurisé, environ 30 minutes avant de vous coucher. Pour savoir si cette méthode fonctionne pour vous, essayez-la pendant une semaine. N’hésitez pas à accroître la dose de deux cuillères à café ou une cuillère à soupe pleine de miel si vous sentez que le remède ne fonctionne pas.

Pour évaluer les résultats, patientez jusqu’à une semaine. Notez que cette méthode est plus efficace si vous suivez un régime alimentaire faible en glucides. Ainsi, tâchez de ne pas consommer beaucoup de glucides durant ou après le dîner. A la place, mangez des légumes sains et des aliments riches en protéines et en graisses.

L’angioplastie et la coronarographie, indispensables pour prévenir les risques cardiaques

“Actuellement, les maladies cardio-vasculaires figurent parmi les causes principales de décès. Par conséquent, il est essentiel de comprendre comment les prévenir. Quelques petits changements sains au niveau de votre vie de tous les jours peuvent réduire les risques de crises cardiaques. L’angioplastie et la coronarographie peuvent aussi aider à minimiser les dangers liés aux maladies cardio-vasculaires.”

 

En cas de suspicion de maladie des artères coronaires comme l’insuffisance cardiaque, l’angor, l’infarctus du myocarde, l’examen de référence est la coronarographie. Cette dernière nécessite un matériel de pointe et doit être effectuée par un praticien confirmé. Quant à l’angioplastie, elle désigne une intervention pouvant traiter les artères touchées.

 

Coronarographie : un examen de visualisation des artères du cœur

 

Coronarographie : un examen de visualisation des artères du cœur

 

Reposant sur les rayons X, la coronarographie d’imagerie médicale permet de visualiser les artères du cœur. Ce type d’examen est totalement indolore et ne prend pas plus de 30 minutes. L’analyse se déroule sous anesthésie locale. Tant que la coronarographie est pratiquée par un cardiologue professionnel et un manipulateur radio, le risque est moindre.

Dans certains cas, il s’avère essentiel de recourir à un scanner coronaire. Ce type d’examen permet d’avoir un aperçu de l’état des artères coronaires. Par ailleurs, il nécessite l’usage d’un scanner hautement performant doté d’un injecteur automatique et équipé d’au moins 64 barrettes.

 

Angioplastie : le traitement des pathologies artérielles à l’aide d’un stent

 

Angioplastie : le traitement des pathologies artérielles à l'aide d'un stent

 

Le médecin doit pratiquer l’angioplastie dès que le diagnostic fait état d’une artère rétrécie. Ce genre d’intervention est indispensable en cas d’angor instable et d’infarctus. Elle nécessite la pose d’un stent, une sorte de ressort conçu spécialement pour élargir l’artère rétrécie. Ce genre d’opération se fait sous anesthésie locale. Il permet au patient de sortir de l’hôpital entre 12 et 24 heures suivant l’intervention.

Deux types de stent sont proposés en termes d’angioplastie : les stents dits « actifs » et les stents « nus ». Les stents qualifiés d’actifs représentent une seconde génération. D’un tarif un peu plus élevé, mais ils doivent être privilégiés. En effet, cette catégorie de stent est plus efficace pour limiter les risques de thrombose et de sténose.

S’épiler ou se raser le pubis peut être dangereux pour la santé

“Ces dernières années, l’épilation intégrale des parties intimes a soulevé une véritable controverse. Alors que l’épilation des parties génitales des hommes (ou le « maillot brésilien ») fait de plus en plus d’amateurs, certaines stars et dermatologues comme Cameron Diaz et Raymond Grimalt prônent la nécessité de garder les poils pubiens. Selon les spécialistes, s’épiler ou se raser les poils pubiens peuvent favoriser les maladies sexuellement transmissibles (MST).”

 

Pour plusieurs femmes, le rasage et l’épilation intimes sont devenus de plus en plus fréquents. Pourtant, la sensation de propreté que l’une et l’autre procurent pourrait être faussée, voire même dangereuse pour la santé !

 

Le rasage et l’épilation intimes favorisent les infections et MST

 

Le rasage et l’épilation intimes favorisent les infections et MST

 

Authentique barrière contre les infections et les virus, les poils du pubis ont une fonction protectrice non négligeable. Malheureusement, le rasage et l’épilation des poils pubiens peuvent engendrer des risques majeurs de micro-blessures. Ces derniers qui, de par leur emplacement, peuvent causer une grave infection ou/et transmettre des IST sévères comme la Chlamydia, la syphilis ou la gonorrhée, le molluscum contagiosum et le papillomavirus. Sans oublier que les poils incarnés, les rougeurs et les démangeaisons peuvent être au rendez-vous.

Il faut savoir qu’un pubis est plus sensible. Il suffit de citer les poils représentés pour prendre conscience qu’une infection peut s’installer rapidement. En cas d’irritation, de peau plus « à vif » ou de coupure, les IST (Infection sexuellement transmissible) se répandent plus facilement. Il faut tout de même avouer qu’une prune toute lisse n’est pas toujours le sommet de l’hygiène !

 

Impacts de l’épilation et du rasage sur la sexualité

 

Impacts de l’épilation et du rasage sur la sexualité

 

Il a été prouvé que les poils sont d’excellents capteurs de phéromones. Effectivement, selon diverses périodes du mois, ils permettent d’intercepter des messages moléculaires permettant ainsi l’envoi des signaux sexuels. Il est donc primordial que les deux partenaires sexuels conservent des poils pubiens dans la partie centrale du sexe. De ce fait, le frottement directement direct de la peau dans cette région est évité. Notez que dès que les frottements sont amoindris, les risques d’infections sont minimisés dans les parties latérales. Quant au fait de couper les poils, cela ne présente aucun risque. Ainsi, il faut bien réfléchir avant de dégainer votre épilateur électrique ou votre rasoir !

4 astuces pour bien dormir après avoir fait la fête

“Êtes-vous adepte des longues soirées ? Sachez que ce n’est pas sans risques, car le temps du sommeil est raccourci. Il a été prouvé qu’un manque de sommeil régulier peut entraîner divers troubles comme la perte d’attention, le risque d’obésité ou encore l’hypertension artérielle et dépression. Bien que vous ne puissiez jamais recouvrer un sommeil perdu, prenez du temps pour récupérer.”

 

Il est bien connu que le sommeil et l’alcool ne font pas bon ménage ! Que faire alors lorsque vous savez que vous allez être amené à boire, mais que vous voulez tout de même profiter d’une bonne nuit de sommeil ensuite. Voici quelques conseils qui devraient vous être utiles !

 

1. Ne jamais mélanger somnifères et alcool !

 

Ne jamais mélanger somnifères et alcool

 

Vous êtes sujet aux insomnies et vous êtes obligé de prendre des comprimés pour dormir. Lorsque vous buvez, stoppez cette habitude. En effet, l’association du sommeil et des somnifères peut être très dangereuse pour votre santé.

 

2. Attendez 3 à 4 heures avant d’aller au lit

 

Attendez 3 à 4 heures avant d’aller au lit

 

Après une fête, il faut attendre au moins 3 à 4 heures avant de dormir, surtout si vous avez bu. De ce fait, votre organisme aura le temps nécessaire pour se régénérer. En procédant ainsi, votre sommeil sera meilleur car votre corps a pu métaboliser un maximum d’alcool. Toutefois, cette durée dépendra de la taille, du sexe et de la consommation d’une personne. Généralement, les femmes sont beaucoup vulnérables aux effets de l’alcool.

 

3. Relayez alcool et eau

 

Relayez alcool et eau

 

Il faut boire deux verres d’eau plate pour chaque boisson alcoolisée. Ainsi, votre corps sera capable d’évacuer l’alcool plus facilement. Dans le cas où vous prenez du vin ou une boisson sucrée, il vous faut boire plus d’eau pour diminuer le taux de sucre.

 

4. Evitez les vins mousseux

 

Evitez les vins mousseux

 

Les bulles de ce type de boisson peuvent causer des gaz et des ballonnements pouvant distendre votre ventre. Cela augmentera la surface d’absorption de l’alcool, provoquant alors un bouleversement majeur de votre sommeil. De même, allez-y aussi doucement avec le cocktail boissons gazeuses-alcool !

5 remèdes naturels pour guérir le mal de dents et les infections dentaires

“Le mal de dents peut varier considérablement, de petites douleurs aux niveaux des dents ou aux mâchoires en passant à une douleur insupportable et intense. Une maladie des gencives ou un bouleversement de l’articulation de la mâchoire ? Nombreuses sont les causes de ce mal. En attendant d’aller chez votre dentiste, il existe toutefois des remèdes naturels pour venir à bout des infections dentaires.”

 

Hypersensibilité, difficulté à s’exprimer ou à s’alimenter, le mal de dent fait partie des maux physiques les plus douloureux. En attendant le rendez-vous chez le dentiste, voici 5 solutions naturelles pour soulager et soigner l’infection dentaire et le mal de dents.

 

1. L’eau chaude salée

 

 

eau-chaude-salée-et-mal-de-dent

 

Pour traiter une rage de dent, un simple verre d’eau tiède peut faire l’affaire. Il suffit de mélanger une demi-cuillère à café de sel dans un verre d’eau tiède. Ensuite, rincez soigneusement votre bouche avec la mixtion ainsi obtenue. Cela permettra de réduire le gonflement et l’inflammation des gencives. L’eau chaude salée permet aussi de combattre les bactéries qui provoquent la contagion.

 

2. Les oignons

 

Les oignons

 

Les oignons ont des vertus antimicrobiennes et antiseptiques permettant d’apaiser les infections dentaires. Dès les premiers symptômes d’un mal de dent, mâchez un oignon cru durant quelques minutes pour calmer la douleur. Si vous n’êtes pas capable de mâcher de l’oignon, mettez-en un morceau directement sur la gencive douloureuse.

 

3. Le clou de girofle

 

 

Le-clou-de-girofle-et-mal-de-dent

 

En plus d’être antioxydants, les clous de girofle ont des vertus antioxydantes, antibactériennes, anti-inflammatoires et anesthésiques. Ces propriétés peuvent aider à lutter contre les infections dentaires et à calmer la rage de dents. Pour ce faire, il suffit de broyer 2 clous de girofle. Mixer la poudre obtenue dans une petite quantité d’huile végétale comme l’huile d’olive. Puis, appliquez le mélange obtenu sur la dent endolorie.

Autre astuce : Trempez dans l’huile de clou de girofle un coton tige et frottez-le directement sur la dent qui vous fait mal. Vous pouvez également incorporer dans un demi-verre d’eau quelques gouttes d’huile de clou de girofle. Rincez ensuite votre bouche avec le mélange obtenu. N’hésitez pas à renouveler cette opération plusieurs fois afin de soulager la douleur.

 

4. Le sel et le poivre

 

 

Le sel et le poivre pour mal de dent

 

Mixé avec du poivre, le sel peut être d’une grande efficacité quand une dent est devenue très sensible. En plus d’être antibactériennes, ces deux ingrédients ont des vertus analgésiques et anti-inflammatoires. Afin d’obtenir une pâte, mélangez en quantités égales du sel et du poivre. Puis, rajoutez-y quelques gouttes d’eau. Appliquez la pâte obtenue directement sur la dent douloureuse et laissez agir durant quelques minutes. Afin d’obtenir un résultat satisfaisant, renouvelez plusieurs jours de suite.

 

5. L’ail

 

 

L'ail et mal de dent

 

Cette plante peut aussi aider à soulager les rages de dents. En effet, l’ail a des vertus médicinales antibiotiques pouvant atténuer les douleurs. Pour ce faire, mixez une gousse d’ail avec un peu de sel et appliquez directement la mixtion sur la dent affectée pour calmer la douleur. Notez que la poudre d’ail peut aussi faire l’affaire. Vous pouvez également mâcher directement une ou deux gousses d’ail afin d’obtenir un soulagement. En refaisant ce soin durant quelques jours, vous verrez que votre rage de dent disparaîtra.

5 astuces et remèdes de grand-mère pour soigner le rhume

“Le rhume se propage dans l’air et par contact direct avec divers objets comme les jouets ou les couverts. Cette infection contagieuse est une maladie très fréquente pouvant être provoquée par plusieurs types de virus. Plusieurs cas sont constatés en hiver, mais le froid n’est pas toujours la cause des rhumes. Outre les médicaments, il existe des soins naturels antiseptiques, décongestionnants et assainissants pour en guérir rapidement.”

 

Nez bouché ou qui coule, maux de tête, frissons, mal de gorge…. Vous avez certainement contracté un rhume ! Généralement, cette infection saisonnière n’est pas très dangereuse, mais il faut tout de même la traiter. Outre les médicaments, il existe des remèdes naturels pour soulager et aider l’organisme à lutter contre la rhinite. Essayez donc ces 5 recettes de grand-mère.

 

1. Le baume de tigre et le camphre

 

 

Le baume de tigre et le camphre pour Rhume

 

Nombreuses sont les utilisations du camphre dans l’Hexagone. Il peut causer des vomissements, s’il est consommé à forte dose. Il est alors mélangé avec de l’alcool pour dissuader son absorption à l’état brut. Très efficace contre les mites, ce produit naturel s’emploie aussi comme insecticide. Au XIXe et au XXe siècles, il servait pour lutter contre la grippe asiatique ainsi que le choléra. Actuellement, le camphre est l’ingrédient principal du fameux baume du tigre.

Mixé avec du menthol, corps gras, huiles de clou du girofle, menthe et diverses huiles essentielles, il aide à soulager la toux. Appliquée sous les narines, cette mixture facilite le dégagement des voies respiratoires. Toutefois, il faut faire attention à n’utiliser qu’une faible dose et avec précaution. Sachez que le camphre est également un anaphrodisiaque. Cela signifie qu’il peut annuler ou diminuer le désir sexuel qui est, certes, déjà fortement affaibli par le rhume.

 

2. Le fameux grog

 

 

Le fameux grog pour Rhume

 

Autrefois délaissé au profit des médications, le grog est de nouveau sur le devant de la scène. A base de miel, rhum et de jus de citron additionnés d’eau très chaude, le grog est à la fois délicieux et très efficace. Les effets de l’eau chaude combinée à ceux du rhum et bien sûr les vertus antiseptiques du citron et du miel en sont les raisons. Petite astuce : ajoutez-y du clou de girofle et de la cannelle car tous les deux sont réputés pour leurs propriétés dynamisantes et désinfectantes.

 

3. L’oignon découpé en deux

 

 

L’oignon découpé en deux pour le Rhume

 

Nul n’ignore que cette plante potagère fait pleurer lors du moment de sa découpe à cause de ses molécules volatiles qui irritent les yeux. Nombreux sont toutefois ceux qui ne savent pas que l’oignon a des vertus médicinales bien connues depuis l’Antiquité. Antiseptique, antioxydant et anti-inflammatoire, il est utilisé régulièrement en phytothérapie pour guérir le rhume. Coupé en deux et déposé sur la table de chevet, il serait très efficace contre le rhume saisonnier car il agit sur le système respiratoire. Qu’il soit cru ou cuisiné, l’oignon est bon pour la santé. Testez cet hiver le goût exquis de la soupe à l’oignon et vous verrez !

 

4. Pour mieux respirer, essayez les inhalations

 

Pour mieux respirer, essayez les inhalations

 

Fluidifier les sécrétions nasales et laver les voies respiratoires sont des gestes simples qui vous permettent de sortir de votre rhum. Pour ce faire, les inhalations restent les techniques les plus faciles à entreprendre et les plus rapides. Procédez alors ainsi : faites bouillonner de l’eau, remplissez-en une casserole jusqu’aux trois-quarts de son volume. Ajoutez-y, avec modération, quelques gouttes d’essences d’eucalyptus, du gros sel ou du thym. Vous pouvez aussi vous servir de branches de thym.

 

5. Infusion de miel au citron et de thym

 

Infusion de miel au citron et de thym

 

Aussi appelée farigoule en Provence, le thym est une plante aromatique par excellence de la gastronomie française. En plus d’être un meilleur expectorant, le serpolet a également des vertus antivirales et antiseptiques.

Consommé en tisane, le thym sert souvent pour soulager et même soigner le rhume. Si son goût ne vous convient pas, rajoutez-y une cuillerée de jus de citron et de miel. En raison de ses propriétés cicatrisantes, le miel est idéal pour soigner la gorge irritée.

5 conseils pour stimuler et entretenir la mémoire

“Vous avez peut être du mal à retenir vos cours, des noms propres ou des dates d’anniversaire, code de carte bleue, titre d’un livre…? Parfois, il vous arrive même d’avoir quelques trous de mémoire ? Ce n’est ni une fatalité ni la fin du monde ! En effet, il existe bel et bien des techniques, simples mais efficaces pour améliorer votre capacité à mémoriser.”

 

Pour stimuler ses neurones quotidiennement, il suffit d’y penser ! Voici quelques astuces pour entretenir et vitaliser votre mémoire.

 

1. Restez mentalement sur le qui-vive

 

Restez mentalement sur le qui-vive

 

La curiosité intellectuelle est un excellent moteur pour vitaliser la mémoire. Avec sa variété et sa régularité d’apprentissage, l’école est reconnue comme étant la meilleure stimulation pour le cerveau. Même si vous avez passé l’âge, vous pouvez toujours continuer à apprendre. Cela peut se faire lorsque vous aidez vos enfants à effectuer leurs devoirs. Toutefois, il faut lutter contre l’idée qu’il n’existe qu’une seule méthode pour prendre soin de sa mémoire ! En effet, les techniques, il en existe beaucoup ! Bien que le cerveau ne soit pas un muscle, la lecture, les discussions ou tout autre procédé culturel maintiennent les circuits neuronaux de la mémoire. De ce fait, le capital de réserve du cerveau est reconstitué. Cependant, il faut que cette redynamisation intellectuelle soit intégrée dans une activité.

 

2. Evitez autant que possible la routine

 

e jardinage est un meilleur stimulant pour la mémoire

 

La lecture est excellente dans la mesure où elle prête à débattre. Effectivement, lire des publicités s’avère cognitif car l’encéphale s’introduit dans un processus l’incitant à de nouveaux défis. Il n’y a rien d’ennuyeux que la routine ! C’est pour cela que le Sudoku, devenu souvent une habitude, n’est pas forcément très pratique, sauf si vous participez à des concours. C’est pareil pour les jeux de cartes, à partir du moment où les partenaires sont trop familiers. Par contre, le jardinage est un meilleur stimulant pour la mémoire parce que cette activité oblige à planifier et, a fortiori, à mesurer des éléments.

 

3. Surveillez de près votre tension !

 

Evitez le tabac ou l’alcool

 

Nombreuses études ont prouvé qu’une hypertension mal contrôlée peut détériorer les circuits neuronaux. Alors, il est essentiel, si vous êtes un sujet à risque, d’effectuer régulièrement de l’auto-mesure. Il est aussi conseillé d’éviter autant que possible les substances pouvant causer les risques vasculaires comme le tabac ou l’alcool. D’où l’utilité de se soumettre à un check-up tous les deux ans dès l’âge de 50 ans.

 

4. Bougez pour éviter d’y penser !

 

Bougez pour éviter d’y penser

 

En plus d’améliorer les fonctions cognitives, les exercices physiques sont aussi bénéfiques pour la mémoire. Effectivement, le sport aide l’automatisme dans l’activité motrice. Cela permet, entre autres, de dégager les réserves cérébrales pour l’entretien de la mémoire plutôt que pour des activités qui devraient se faire automatiquement. Comme le fait de descendre l’escalier tout en parlant ou faire la vaisselle. Notez que les vieilles personnes non entraînées ne peuvent y arriver car leur attention est enrôlée pour réhabituer leurs muscles à ce type d’exercice. Il suffit de faire une demi-heure d’activité sportive tous les jours pour entretenir les facteurs d’automatisme.

 

5. Mangez des nourritures riches en oméga 3

 

Mangez des nourritures riches en oméga 3

 

Grâce à leur pouvoir antioxydant, certains aliments sont favorables à l’élimination des radicaux libres qui sont néfastes pour le cerveau. Ainsi, mettez dans vos assiettes les poissons gras parce qu’ils regorgent d’oméga 3 et 6 ainsi que d’acides gras. Il faut tout de même noter que l’idéal reste de varier et équilibrer ses nourritures : les fameux 5 fruits et légumes par jour, les sucres lents… Ces types d’aliments ravitaillent le cerveau en glucose, en sucre rapide et en sel. Enfin, si vous vous sentez fatigué, n’hésitez pas à faire des analyses pour pallier les carences !

Le sous-poids : facteur de risque de la ménopause précoce

“Prise de poids, bouffées de chaleur, palpitations, sueurs nocturnes, nausée et absence de menstruations dès 45 ans? Sûrement, c’est la ménopause, souvent appréhendée, qui pointe le bout de son nez. Toutefois, avant l’âge de 40 ans, 10% des femmes font face à ce phénomène. Il s’agit alors de la ménopause précoce, mais les causes sont encore souvent mal déterminées.”

 

Selon une récente étude, les femmes ayant perdu une dizaine de kilos entre 18 et 30 ans ou en sous-poids sont susceptibles d’être ménopausées prématurément. Si normalement, la ménopause se déroule vers 45 ans, pour ces dernières, cette phase apparaît hâtivement. Par ailleurs, les chercheurs ont observés que le surpoids semble repousser ce phénomène. Bien que ce dernier soit dangereux, il est tout à fait possible de le soigner.

 

Un véritable danger pour la santé

 

Menopause precoce sous poids cause

 

En général, près de 10% des femmes sont atteintes de la ménopause précoce. Un cas inquiétant vu que celle-ci pourrait provoquer des maladies cognitives et cardiovasculaires. Elle serait aussi source de troubles de la santé comme l’ostéoporose, les déclins cognitifs ou encore la mortalité prématurée. Il faut aussi noter qu’elle augmente les risques de maladies parodontales, cancer ovariens, chutes des dents et formation de cataracte. Les mannequins professionnels dont le profil alimente constamment les esclandres de fond, sont le modèle idéal du poids à éviter. Une nouvelle fois, cette étude confirme l’utilité d’en finir radicalement avec le culte de la minceur !

 

Quelques symptômes de la ménopause précoce

 

symptômes de la ménopause précoce

 

Les signes habituels de la ménopause précoce sont :

  • Bouffées de chaleur car les ovaires sécrètent moins d’œstrogènes ;
  • Flux irréguliers plus ou moins abondants que d’habitude.

Lors de la ménopause précoce, d’autres symptômes peuvent également se manifester, notamment :

  • La sécheresse vaginale ;
  • L’incontinence urinaire et une inflammation de la vessie ;
  • La déshydratation des yeux, de la peau et de la bouche ;
  • L’insomnie ;
  • Une perturbation de la libido ;
  • Des troubles émotionnels comme les sauts d’humeur, irritation, dépression passagère…

Si vous avez moins de 40 ans et que vous présentez ces syndromes, consultez rapidement votre médecin dans les cas cités ci-dessous :

  • Vous avez subi une radiothérapie ou une chimio.
  • Vous avez essayé plusieurs fois d’avoir un enfant depuis plus d’une année.
  • Votre sœur ou votre mère a fait l’objet d’une ménopause prématurée.
  • Une des membres de votre famille ou vous-même êtes atteinte d’une maladie auto-immune telle que le Lupus, la maladie de Basedow ou l’hypothyroïdie.

 

Est-il possible de soigner la ménopause précoce ?

 

soigner la ménopause précoce

 

Bien que les troubles émotionnelles et les risques engendrés par cette maladie soient plus importants par rapport à une ménopause naturelle, leur traitement symptomatique est identique. Effectivement, les femmes qui en sont atteintes devront consulter un spécialiste afin de pouvoir encore avoir d’enfants. Notez que comme la ménopause est le résultat d’un mécanisme sous-jacent, elle demeure réversible.