,

Trois collégiens anglais inventent des préservatifs intelligents qui détectent les MST

Préservatifs détecteurs de MST

“Muaz  Nawaz, Daanyaal Ali et Chirag Shah, trois collégiens britanniques, ont  mis au point des préservatifs détecteurs de MST dans le cadre d’un  concours pour jeunes scientifiques au Royaume-Uni. Ce préservatif  intelligent change de couleur pour indiquer la présence d’une maladie  sexuellement transmissible. L’invention reste néanmoins un concept en  attente d’un brevet avant d’être commercialisé.”

 

Trois collégiens britanniques, âgés entre 12 et 14 ans, ont été distingués lors d’un concours pour jeunes scientifiques pour avoir créé des préservatifs intelligents capables de dépister des MST. Leur idée est simple : le préservatif change de couleur lorsqu’il entre en contact avec des maladies sexuellement transmissibles.

 

La capote change de couleur au contact de certaines bactéries

 

Ces graines de scientifiques répondant au nom de Daanyaal Ali, Chirag Shah et Muaz Nawaz ont inventé la première capote capable de détecter les IST/MST. Pour ce faire, ils ont ajouté des molécules qui s’accrochent aux bactéries sur le latex du préservatif. Ce dernier change de couleur à la moindre détection de bactéries d’une infection sexuellement transmissible. La couleur varie selon le type de maladie : pour une personne atteinte de la chlamydia, le préservatif deviendra vert ; pour la syphilis, il prendra une coloration jaune ; en cas d’herpès, la capote sera bleue ; et pour le papillomavirus, il virera au violet.

 

Un projet scientifique

 

Préservatifs détecteurs de MST

 

Pour l’instant, ce préservatif détecteur de MST demeure un projet scientifique. En effet, les trois adolescents qui l’ont inventé n’ont fait que participer à un concours destiné aux jeunes britanniques. La brillante invention a reçu le premier prix dans la catégorie santé. Les lauréats ont affirmé que ce concept est né de leur envie de trouver un moyen simple et efficace de détecter ces maladies à la maison sans avoir à passer par le cabinet du médecin. A noter que le VIH/SIDA n’est pas encore reconnaissable par ce nouveau système.