Les dérèglements de la menstruation

Les dérèglements de la menstruation

 

“Avoir ses menstruations n’a rien de bénin ! Cela veut dire que vous êtes vraiment une femme. Les petits changements pathologiques peuvent signifier beaucoup de choses sur votre état physique et votre santé. Retard de règles, arrêt du cycle menstruel, saignement entre les cycles, règles très courtes, flux important, règles douloureuses, spottings… Surtout, ne négligez pas ces signes que votre utérus vous envoie. En cas de doute, n’hésitez pas d’aller faire une consultation chez un spécialiste !”

 

Les troubles du cycle menstruel sont chroniques à tous les stades de l’activité génitale. Les causes de ces perturbations sont différentes selon l’âge de la femme. Parfois, ces dérèglements sont normaux : ménopause, grossesse… Autrement, il est essentiel de rechercher un facteur pathologique, en particulier hormonal.

 

Les troubles du cycle menstruel : c’est quoi ?

 

Les troubles du cycle menstruel

 

Les règles déterminent la marque de l’activité génitale chez la femme. En général, elles sont régulières, apparaissent à la puberté et disparaissent à l’âge de la ménopause. L’euménorrhée est un cycle régulier et normal qui commence le premier jour des menstruations ou des règles. D’habitude, sa durée est de 4 à 7 jours environ.

Pour certaines femmes, le laps de temps qui sépare deux périodes de règles est estimé entre 28 et 30 jours. Les règles qui sont différentes des menstruations normales sont qualifiées comme étant des dérèglements menstruels. Ces irrégularités se rapportent généralement aux douleurs et autres symptômes subjectifs de maladie en rapport avec chaque ménorragie. Elles peuvent porter sur la quantité, la fréquence ou la combinaison des deux.

 

Différents types de troubles du cycle menstruel

 

Nombreux sont les facteurs qui peuvent provoquer les dérèglements de la menstruation : organiques ou hormonaux. Voici un aperçu des irrégularités du cycle que les femmes peuvent rencontrer…

 

La ménorragie ou règles prolongées et abondantes

 

ménorragie

 

L’hyperménorrhée est un trouble menstruel qui peut toucher 25 % des femmes âgées de 30 à 49 ans. Il s’agit d’aménorrhée quand les saignements durent plus de 7 jours et que leur volume peut aller jusqu’à 150 ml. Notez que les femmes perdent normalement 50 à 100 ml de sang par jour durant leurs règles. Ce dérèglement peut avoir diverses origines, comme :

  • Le port d’un stérilet en cuivre ;
  • Des dérèglements hormonaux : insuffisance ou excès en œstrogènes ;
  • Un développement majeur de l’endomètre ;
  • La prise d’antibiotiques et de pilules contraceptives ou d’anticoagulants ;
  • La déformation des ovaires ou de l’utérus (myomes, tumeurs, inflammations, poypes…).

 

La spanioménorrhée ou l’hypoménorrhée

 

hypoménorrhée

 

Lorsque vos menstruations sont irrégulières, complètement imprévisibles ou peu abondantes, il se peut que vous fassiez de l’hypoménorrhée ou spanioménorrhée. Ces troubles font aussi que vos cycles durent entre 40 à 45 jours et disparaissent un ou de nombreux mois d’affilée.

La prise de médicaments contraceptifs peut provoquer des menstrues particulièrement faibles. Toutefois, un arrêt récent de la prise de pilule peut causer ce genre de dérèglement. Par ailleurs, l’hormone de l’allaitement, l’hypersécrétion de prolactine peuvent causer ces dérèglements. Afin de déterminer les origines de ces irrégularités menstruelles, il est nécessaire de consulter un gynécologue ou un médecin.

L’oligoménorrhée ou règles rares

 

oligoménorrhée

 

Lorsque l’intervalle séparant deux cycles excède 35 jours, la femme est atteinte d’une oligoménorrhée. Les règles rares peuvent être provoquées par différents facteurs dont :

  • Les troubles endocrinaux : surrénal, thyroïde… ;
  • L’altération de l’appareil génital ;
  • Un avortement ;
  • Des déséquilibres hormonaux par baisse des hormones sexuelles ;
  • Une tumeur utérine ou une blessure génitale ;
  • Des soins antipsychotiques ou antiépileptiques ;
  • Une anorexie et de la fatigue.

 

La polyménorrhée

 

polyménorrhée

 

Ce trouble menstruel définit un cycle inférieur à moins de 4 semaines. Divers facteurs peuvent le favoriser :

  • Le stress ;
  • Une instabilité hormonale ou alimentaire ;
  • La pré-ménopause et la ménopause ;
  • L’infection sexuellement transmissible ( IST) ;
  • L’Endométriose

La plupart des patientes atteintes de polyménorrhée sont souvent victimes d’infertilité. Cela, soit l’endomètre n’est pas suffisamment adapté pour la nidation, soit par absence totale de l’ovulation.

 

Les dysménorhées ou règles douloureuses

 

dysménorhées

 

Lorsque les menstruations s’accompagnent de nausées, de douleurs au ventre, de vomissements et maux de tête, il s’agit de dysménorhées. Souvent, ce genre de phénomène apparaît chez les jeunes filles dès leurs premières règles. Les règles douloureuses se manifestent généralement lors de la première ovulation. Pour les soigner, la prise d’une contraception hormonale mélangée à un anti-inflammatoire est nécessaire.

Les dysménorhées peuvent être également le signe d’une affection telle que l’endométriose. Dans ce cas, au lieu d’arriver durant les premiers jours des règles, les douleurs ne surviennent qu’à la fin.

 

Des saignements survenant en dehors des cycles menstruels

 

gynéco

 

Il se peut que des saignements surviennent en dehors des périodes de règles et ce, de manière irrégulière et à plusieurs reprises. Dans ce cas, il peut s’agir de métrorragies ou de spottings. Si la métrorragie est définie comme étant une hémorragie d’origine utérine, le spotting est un écoulement vaginal constitué d’une faible quantité de sang de teinte brunâtre. Les saignements intermenstruels sont souvent de très courte durée et se produisent durant l’ovulation. S’il y a des saignements même en dehors des règles et que leurs volumes augmentent, il s’agit alors de ménométrorragies. Ce sont les femmes en pré-ménopause qui en sont les victimes. D’autres sortes de saignements peuvent apparaître pendant le cycle : quelques jours après/ avant les menstruations ou durant l’ovulation.

En cas de changement d’intensité ou de rythmes des règles, soyez toujours attentive et consultez un gynéco ou un médecin. En effet, seul un spécialiste pourra spécifier l’origine des troubles et prescrire les meilleurs traitements. Cependant, aucun diagnostic n’est fiable à 100 % en termes de cycle menstruel !