Accouchement : ce qu’il faut savoir sur la perte des eaux

Accouchement : ce qu'il faut savoir sur la perte des eaux

“Les femmes enceintes pensent toutes aux questions relatives à l’accouchement, notamment sur la perte des eaux. Il y en a celles qui pensent que c’est très douloureux. Soyez sans crainte, ni la rupture spontanée des eaux ni la rupture artificielle ne sont douloureuses. Le moins qu’on puisse dire c’est que dans tous les cas, quand vous constatez beaucoup de liquide couler, il faut rejoindre au plus tôt la maternité…”

 

Quand la date du terme approche, toutes les futures mamans se demandent dans quel endroit et de quelle façon, elles vont perdre les eaux. En pleine nuit, sur le canapé ou dans un lieu public, les membranes peuvent se rompre à tout moment même si dans la plupart des cas, elle a lieu à la maternité.

A terme, le volume du liquide amniotique est de 1 à 1,5 litres. De ce fait, si vous perdez un aussi grand volume d’eau, vous saurez en principe ce qui est en train d’arriver car même vos vêtements seront très mouillés. Cependant, il n’est pas facile de reconnaître si c’est vraiment la perte des eaux car durant la période de fin de grossesse, les secrétions vaginales sont plus abondantes et des fois, la poche des eaux se fissure un peu. C’est la raison de cet écoulement léger pendant plusieurs heures.

Quant au liquide amniotique, il est composé à 90% d’eau, sans odeur et transparent. Mais il faut faire attention si vous constatez que le liquide est coloré, il est possible que cela puisse être les premiers signes d’une maladie fœtale. Dans ce cas, il faut vite vous rendre à la maternité.

 

Qu’arrive-t-il en cas de rupture spontanée de la poche des eaux ?

 

Accouchement

 

La perte des eaux qui se passe au terme de votre grossesse signifie que vous allez bientôt accoucher. Jusqu’à maintenant, nous ne savons pas encore le mécanisme qui engendre la rupture des membranes alors que le travail ne commence pas encore. D’une manière générale, la poche des eaux se déchire spontanément lorsque les contractions ont lieu et quand le col est dilaté entre 2 et 5 cm.

De toute façon, il est temps de se rendre à la maternité car le bébé risque d’attraper des infections. En plus de cela et dans certains cas (très rares), le cordon ombilical s’introduit dans le vagin devant la tête du bébé. Il y a donc un fort risque que ce cordon ombilical soit pressé et l’enfant ne pourrait plus respirer à défaut d’oxygène. Un tel phénomène est appelé la « procidence du cordon ».

 

Pourquoi doit-on rompre la poche des eaux ?

 

La dilatation du col de l’utérus dépend de la poche des eaux. Mais si le travail n’avance pas, la sage-femme est en mesure de décider de la rompre en la perçant avec une pince très fine, pour laisser le liquide amniotique s’écouler. Vous n’avez rien à craindre car cette action est inoffensive pour le bébé et vous ne sentirez aucune douleur. Dès que la poche des eaux est rompue, la future maman sent que les contractions deviennent de plus en plus intenses. A ce moment, la tête du bébé descend car aucune protection (liquide amniotique) ne le retient et appuie sur le col de l’utérus. D’une manière générale, quand la rupture de la poche des eaux se fait manuellement, cela libère des prostaglandines qui participent à l’accélération de la dilatation.

Si le travail progresse bien, il n’est pas toujours indispensable de percer la poche des eaux. Cette dernière s’éclatera au moment de l’expulsion, ce qui facilitera la sortie du bébé.

Il est possible dans certains cas que le bébé soit recouvert d’une partie de sa membrane amniotique. Les gens disent dans ce cas que le bébé est « coiffé ». Ce phénomène est un signe de chance pour le bébé mais il est très rare de rencontrer un tel cas. Il est quand même bon de savoir que dans la pratique de la césarienne, la poche des eaux est toujours rompue artificiellement et le liquide est instantanément aspiré avant l’extraction du bébé.