Durée d’allaitement trop courte en France, selon l’OMS

Allaitement maternel exclusif

“Il est de mise d’allaiter vos bébés jusqu’à l’âge de 6 mois. Les recherches scientifiques ont même montré aujourd’hui les effets positifs de l’allaitement maternel. C’est un geste qui dépasse largement la nutrition, car c’est une manière d’entrer en communication avec l’enfant. Les bienfaits du lait maternel sont multiples.”

 

Dans les années 90, la durée moyenne de l’allaitement des bébés en France était de 8 à 10 semaines. Actuellement, elle se situe aux environs de 4 mois et reste encore trop courte comparée aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Des scientifiques de l’Université Paris-Descartes et de l’Inserm ont même indiqué, dans une étude livrée en septembre 2015, qu’en dépit de cet allongement noté depuis 1990, la durée de l’allaitement en France est encore loin de satisfaire les recommandations du Programme National Nutrition Santé (PNNS).

 

Les recommandations de l’OMS

 

Pendant les six premiers mois de la vie du bébé, il est nécessaire de l’allaiter et ce, dans le but de couvrir tous ses besoins alimentaires. Que ce soit sur la vie de la mère ou sur la santé du nourrisson, l’allaitement est connu pour avoir des effets bénéfiques. C’est la raison pour laquelle l’OMS préconise un allaitement partiel jusqu’à l’âge de 2 ans et un allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois. Par ailleurs, cet organisme souligne également la nécessité d’éventuels apports nutritionnels comme le jus de fruits ou l’eau, même si l’alimentation au sein doit primer. Le PNNS recommande l’allaitement exclusif jusqu’à 4 mois minimum, mais l’idéal serait de le prolonger jusqu’à 6 mois. Il faut savoir que l’objectif principal du PNNS est d’améliorer l’état de santé de l’ensemble de la population en œuvrant sur l’un de ses déterminants majeurs : la nutrition.

 

L'allaitement pourrait sauver la vie à des enfants

 

Les paramètres à prendre en compte

 

Selon la recherche effectuée, il a été établi que la plupart des Françaises (environ 70 %) commence un allaitement naturel dès la naissance de leur bébé. Cette proportion a régressé pour atteindre les 53,8 %, seulement un mois après la naissance de l’enfant. Après 6 mois, le pourcentage des mères qui continuent l’allaitement chute à 19,2 % et seulement 9,9 % d’entre elles respectent les préconisations de l’OMS au sujet de l’allaitement jusqu’à 6 mois.

Toujours d’après cette étude, aujourd’hui, la durée moyenne de l’allaitement se situe à 17 semaines (4 mois environ) contre 8 à 10 semaines dans le passé. Des situations inhérentes à l’emploi, la situation familiale, la culture et l’éducation freineraient beaucoup cette pratique. Et les mères qui ont un BEP ou Brevet d’études professionnelles, un CAP ou Certificat d’aptitude professionnelle et celles qui ont mis fin à leurs études au lycée seraient celles qui allaitent le moins longtemps. Cela touche aussi les Françaises qui sont seules ou en couple mais pas mariées et les mères qui ont de moins de 30 ans. Les femmes un peu obèses ou qui fument seraient plus tentées à stopper prématurément l’allaitement. Les Françaises qui sont les plus assidues en matière d’allaitement restent les mères en congé parental occupant un poste de cadre avant leur accouchement.
Il est à noter que la recherche en question a porté sur le suivi durant un an de 18 000 bébés nés en 2011 en France. L’étude a été publiée dans le BEH ou Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l’Institut de Veille Sanitaire ou BEH. Et l’enquête démontre qu’on est encore loin du compte…